Le beau «hasard» de Gabriel Arcand

C'est après avoir vu Gabriel Arcand dans Le... (Jean-Marie Villeneuve, Archives Le Soleil)

Agrandir

C'est après avoir vu Gabriel Arcand dans Le Démantèlement que le Français Philippe Lioret lui a proposé le rôle de Pierre dans Le Fils de Jean, rôle pour lequel il est aujourd'hui finaliste pour un César.

Jean-Marie Villeneuve, Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

L'acteur québécois Gabriel Arcand s'amuse de sa présence le 24 février à Paris pour la 42e cérémonie des César, la qualifiant de «hasard complet».

Pour son rôle de Pierre dans le film Le Fils de Jean de Philippe Lioret, Gabriel Arcand est en lice pour le César de Meilleur acteur dans un second rôle, une catégorie relevée avec Vincent Cassel (Juste la fin du monde d'un autre Québécois, le réalisateur Xavier Dolan) ou encore Laurent Lafitte (Elle).

«Je n'ai aucune carrière en France, c'est un hasard complet», a confié vendredi Gabriel Arcand.

Pendant qu'il travaillait à son scénario tiré du roman de Paul Dubois, Si ce livre pouvait me rapprocher de toi, Philippe Lioret «est allé voir Le Démantèlement de Sébastien Pilote, et il a trouvé que le personnage qui était sur l'écran ressemblait beaucoup à celui sur lequel il était en train d'écrire».

Le Démantèlement, prix SACD à la Semaine de la critique à Cannes en 2013, a valu à Gabriel Arcand le prix du meilleur acteur au Canada pour ce rôle d'un éleveur qui met sa ferme aux enchères.

Philippe Lioret «m'a envoyé le scénario puis on a eu un échange très chaleureux», a dit à l'AFP Gabriel Arcand, qui avait bien aimé deux des films du réalisateur français, Je vais bien, ne t'en fais pas et Welcome. Le Fils de Jean signe au cinéma «l'étendue de ma carrière en France».

«Si j'avais l'âge de Pierre Deladonchamps, mon partenaire dans le film» de Lioret, «je prendrais peut être un agent pour essayer de travailler en France, mais là c'est un peu ridicule à mon âge», a ajouté dans un éclat de rire l'acteur de 67 ans.

Cependant, «si demain (le réalisateur) Arnaud Desplechin m'appelle avec un projet de travail, je lirais son scénario très sérieusement parce que je l'estime», a souligné M. Arcand.

Avec une quarantaine de films au Canada, l'acteur, qu'on peut également y voir au petit écran dans Au secours de Béatrice, entre autres, est largement impliqué au théâtre à la tête du Groupe de la Veillée, une troupe installée au Prospero, à Montréal.

Au théâtre en France, il a travaillé au Lucernaire à Paris ou, plus jeune, au Centre national dramatique du Sud-Est.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer