Chantons sous la pluie demeure une référence

Quelque 60 ans plus tard, certaines scènes de... (Courtoisie)

Agrandir

Quelque 60 ans plus tard, certaines scènes de Chantons sous la pluie, qui mettaient en vedette Gene Kelly et Debbie Reynolds, décédée mercredi, revêtent un caractère mythique.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Chantons sous la pluie, film qui a révélé l'actrice américaine Debbie Reynolds, décédée mercredi, est la référence des comédies musicales. Une légende du Septième art qui continue à vivre sur les planches plus de 60 après.

Sous des trombes d'eau, un homme se met à danser avec son parapluie, après avoir échangé un baiser avec sa belle (Kathy, interprétée par Debbie Reynolds). Cette scène éblouissante de danse et de claquettes est gravée dans les mémoires... même de ceux qui ne connaissent pas le film. Pourtant, à l'époque, le réalisateur Stanley Donen et l'acteur Gene Kelly « ne savaient pas qu'ils tournaient une scène mythique », raconte à l'AFP Patrick Niedo, conférencier et spécialiste de la comédie musicale américaine. Si la scène est devenue mythique, c'est parce qu'elle « respire la simplicité et qu'il n'y a pas de meilleure idée que de danser de joie », estime-t-il.

Elle a nécessité deux jours et demi de tournage et le costume en laine de Gene Kelly rétrécissait au fur et à mesure des prises, à cause de la pluie.

Tourné en 1952, un an après le succès d'Un Américain à Paris, également avec Gene Kelly, Chantons sous la pluie (Singin' In The Rain en version originale) se déroule en 1927, au moment où le cinéma bascule du muet vers le parlant, abandonnant en chemin les stars incapables de relever ce défi.

Un film sur les coulisses du Septième art en somme, où Don Lockwood (Gene Kelly) cherche à s'adapter à cette nouvelle donne. Il y parviendra après sa rencontre avec Kathy. Festival de couleurs, de chansons et de numéros de danse, Chantons sous la pluie est aussi un « feel good movie », mêlant histoire d'amour et ascension vers la gloire d'une jeune femme.

Aux Oscars 1953, il ne fut nommé que dans deux catégories : meilleure actrice de second rôle (Jean Hagen) et meilleure musique de film, pour ne remporter aucune statuette.

À partir des années 80, Chantons sous la pluie a été porté à la scène, au grand dam de Stanley Donen qui a notamment détesté l'adaptation à Broadway, en 2003. « Ils ont voulu reproduire le film, ce n'était pas très malin : il aurait mieux valu inventer quelque chose de complètement différent », racontait-il en 2010.

La comédie musicale a aussi été jouée à Londres en 1983, Broadway en 1986, puis de nouveau à Londres en 2000. À Paris, elle était à l'affiche l'an dernier avec une mise en scène du Canadien Robert Carsen.

Sacré aux Oscars, le film français The Artist (2011), signé Michel Hazanavicius et mettant en vedette Jean Dujardin et Bérénice Bejo, décrit également le bouleversement entraîné dans les années 20 par l'irruption du cinéma parlant à Hollywood, rendant hommage à Chantons sous la pluie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer