La Vanité: huis clos sur un sujet complexe ***

Carmen Maura, Patrick Lapp et Ivan Georgiev dans... (Fournie par Happiness Distribution)

Agrandir

Carmen Maura, Patrick Lapp et Ivan Georgiev dans le film La Vanité.

Fournie par Happiness Distribution

Le DroitMaud Cucchi 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / En phase terminale de cancer, un architecte décide d'en finir avec la vie.

Il fait appel à une association habilitée à l'accompagner dans son suicide (le film se déroule en Suisse). Jusque-là, pas de quoi se tordre de rire. Sauf que le condamné choisit, pour mettre fin à ses jours, un motel d'une laideur architecturale toute nord-américaine. Un établissement dont il a imaginé les plans avec sa défunte épouse à l'époque de l'American Dream: chambres avec vue sur le stationnement, réception malcommode, isolation sonore quasi-inexistante. Son voisin de pallier se prostitue dans la chambre mitoyenne et ses ébats s'entendent. Pas tout à fait la tranquillité requise dans une telle situation.

Esperanza, l'accompagnatrice de l'association, essaie tant bien que mal de faire son travail consciencieusement. Selon la loi suisse, le décès doit avoir un témoin, et la seule personne disponible est le prostitué voisin.

Le film use des ressorts classiques de la comédie: la rencontre de personnages que tout oppose. Et ça fonctionne. Lionel Baier signe un film drôle et mélancolique à la fois, porté par un trio d'acteurs excellents: Patrick Lapp, Carmen Maura et Ivan Georgiev.

Loin du cinéma à thèse, le scénario se focalise en quasi huis clos sur un sujet complexe. Le réalisateur évite l'écueil du pathos. Il saisit avec délicatesse et sobriété les tensions entre ces trois personnages, avant de les dénouer quand le rideau s'apprête à tomber. Assurément, pareil film ne manquera pas d'interpeller la sensibilité et la conscience de chaque spectateur, tant il interroge nos convictions intimes et profondes.

«La Vanité», de Lionel Baier

Avec Patrick Lapp, Carmen Maura et Ivan Georgiev

En projection: le 24 mars, 16h30, au cinéma d'Aylmer (salle 4)

Cote: ***

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer