Une belle cuvée pour DiverCiné 2016

Le film Much Loved, de Nabil Ayouch, fait... (Courtoisie)

Agrandir

Le film Much Loved, de Nabil Ayouch, fait partie de la programmation de Divercité qui débute vendredi.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Vitrine cinématographique de la francophonie dans toute sa diversité, le festival DiverCiné lance sa 14e édition le 4 mars, au cinéma Bytowne.

À l'affiche de ce rendez-vous programmé jusqu'au 13 mars: 11 longs métrages francophones (ou sous-titrés en français) souvent projetés en avant-première canadienne, une dizaine de pays représentés et la venue de l'actrice et réalisatrice Maïmouna N'Diaye, du Burkina Faso. 

Elle présentera le film d'ouverture L'oeil du cyclone de Sékou Traoré (2015), le 4 mars à 18 h 40 au cinéma ByTowne. 

Distribué en festivals (Louxor festival 2015), prix du meilleur acteur et prix de la meilleure actrice au FESPACO (Ouagadougou 2015), L'oeil du cyclone a pour toile de fond un pays d'Afrique en proie à la guerre civile où une jeune avocate idéaliste, Emma Tou (Maimouna N'Diaye), est commise d'office à la défense d'un rebelle capturé par l'armée, Blackshouam (Fargass Assandé). 

«Nous privilégions la venue de cinéastes que nous avons moins l'occasion de voir au Canada,» explique Julien Lamy, attaché audiovisuel de l'Ambassade de France au Canada et organisateur du festival. Les films sélectionnés doivent exposer «clairement le pays qu'ils représentent, le rendre visible à l'écran.» 

Le sous-titre du festival promet d'ailleurs «un tour du monde en films de la francophonie,» propice à séduire autant les cinéphiles que les «voyageophiles,» souligne l'organisateur. 

Franco-ciné-philie 

Également à l'affiche, Trois souvenirs de ma jeunesse pour lequel Arnaud Desplechin a récemment décroché le César du meilleur réalisateur (le 5 mars, 21 h 15), la projection de Hope, un film français de Boris Lojkine retraçant le périple de deux migrants à travers le Sahara (8 mars, 2016, 21 h), ainsi que Much Loved de Nabil Ayouch, portrait d'une poignée de prostituées à Marrakech (interdit de projection au Maroc parce que considéré comme pornographique) le 9 mars, à 21 h 

Autant de films qui ont déjà fait couler beaucoup d'encre mais que les spectateurs n'ont pas encore eu la chance de voir en cinéma dans la région.

Seule comédie sélectionnée, la coproduction franco-belge Je suis mort mais j'ai des amis de Guillaume Malandrin et Stéphane Malandrin sera projetée avec sous-titres en anglais le 11 mars à 21 h 10. Les présentations bilingues seront courantes lors de cette édition: la majorité des films ont été choisis en français afin de permettre le sous-titrage en anglais et attirer ainsi un plus large public au festival. 

D'aucuns se demanderont peut-être ce que le film polonais Carte blanche de Jacek Lusiski (6 mars, 18 h 35) vient faire dans un festival célébrant la francophonie. «La Pologne fait officiellement partie de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF)», rappelle M. Lamy, soulignant l'importance de réserver une visibilité aux productions venues de pays membres de l'OIF que l'on ignorerait.       

Quant au Canada, il sera représenté par la réalisatrice Anne Émond et ses Êtres chers, drame familial qui explore l'onde de choc d'un suicide sur l'entourage (13 mars, 18 h 40). 

L'ensemble de la programmation est disponible sur le site Internet du festival: http://divercine.com/

Cette manifestation annuelle est une initiative de l'Ambassade de France au Canada, du ministère du Patrimoine canadien et de l'Institut canadien du film en partenariat avec le Cinéma ByTowne.

Pour y aller

Quand? 4-13 mars

Où? Cinéma ByTowne

Renseignements? http://divercine.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer