L'Excentris suspend ses activités en salle

L'heure est grave pour Excentris: Cinéma Parallèle a annoncé mardi une... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

L'heure est grave pour Excentris: Cinéma Parallèle a annoncé mardi une suspension provisoire immédiate de la programmation en salle en raison de difficultés financières.

Cinéma Parallèle a racheté Excentris en 2011, après une fermeture temporaire.

Depuis, le cinéma du boulevard Saint-Laurent spécialisé dans les films d'auteur autofinance ses opérations de 80 à 90%.

Toutefois, son double mandat, qui est de diffuser du cinéma d'auteur de niche et des films de «cinéastes indépendants confirmés» (tels Woody Allen ou Quentin Tarantino), lui donne du fil à retordre pour engranger des revenus suffisants.

En effet, le cinéma de cinéastes confirmés, qui représente seulement 20% de sa programmation annuelle, devrait lui rapporter 80% de ses revenus annuels. Les proportions contraires s'appliquent pour les films de niche, émergents ou étrangers.

Or, la compétition est trop forte pour qu'Excentris obtienne suffisamment de ces titres populaires.

«Malgré ses efforts, c'est à armes inégales qu'Excentris a dû faire face à la forte concentration de la distribution et de la diffusion de films au pays», lit-on dans un communiqué.

«Plusieurs de ces titres nous ont été soit purement et simplement refusés, soit proposés plusieurs semaines après leur sortie sur les écrans du plus gros exploitant situé à proximité d'Excentris.»

La salle n'aurait eu besoin que de quatre de ces films de plus, cette année, pour demeurer à flot.

Cinéma Parallèle, l'opérateur d'Excentris, étudie maintenant différents scénarios pour l'avenir. Son offre en ligne est maintenue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer