Hunger Games: matière à réflexion

Le réalisateur Francis Lawrence a pris la relève... (Archives Agence France-Presse)

Agrandir

Le réalisateur Francis Lawrence a pris la relève de la saga après le premier épisode.

Archives Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans cet ultime volet de la saga, les rebelles s'apprêtent à prendre d'assaut le Capitole pour en déloger le président Snow (Donald Sutherland). Si Gale (Liam Hemsworth) semble prêt à tout pour assurer la victoire aux siens, l'aspirante au trône, Coin (Julianne Moore), continue pour sa part de tirer profit de l'image de Katniss (Jennifer Lawrence) pour aider sa cause.

Pour le Geai moqueur, les trahisons seront particulièrement difficiles à encaisser. Et le prix à payer pour voir périr son ennemi juré sera tout aussi lourd à porter - d'autant que Snow n'a pas hésité à programmer Peeta (Josh Hutcherson) à la détester au point de vouloir la tuer.

«L'essence même de la trilogie de Suzanne Collins est là: est-il possible de faire du mal en pensant faire le bien? Jusqu'où peut-on aller au nom de ses convictions ou pour parvenir à ses fins? Et comment survit-on à autant violence quand, comme Katniss, on se rend compte que tout le monde nous manipule pour atteindre ses propres objectifs?»

Francis Lawrence regrette évidemment que le dernier volet de Hunger Games atterrisse sur les écrans une semaine après les attentats de Paris, non loin d'où certaines scènes ont d'ailleurs été tournées en mai 2014.

«Il s'agit d'une coïncidence malheureuse, il va sans dire, mais cela prouve également à quel point Suzanne a écrit, à la base, une histoire aux enjeux intemporels: les hommes se font la guerre depuis des milliers d'années pour toutes sortes de raisons et sans jamais apprendre de leurs erreurs. Je sais bien que nos films ne peuvent résoudre les problèmes auxquels le monde est confronté, mais peut-être qu'ils peuvent au moins éveiller quelques consciences.»

Le réalisateur ne se fait pas d'illusions pour autant: il sait bien que «certains adolescents, de même que des adultes» ne veulent voir dans Hunger Games qu'une énième histoire de triangle amoureux entre Katniss, Peeta et Gale. «Tout ce que ces gens-là veulent savoir, c'est avec qui Katniss finira. Et c'est OK, étant donné que le cinéma sert aussi à divertir, fait-il valoir. Mais pour ceux qui en veulent plus, il y a beaucoup plus que ça à se mettre sous la dent, dans l'oeuvre de Suzanne!»

Il est d'ailleurs convaincu que plusieurs spectateurs saisiront les nuances des discours proposés «que ce soit dès le premier visionnement, ou en revoyant les films plus tard».

C'est pour ça que Francis Lawrence (Je suis une légende, De l'eau pour les éléphants) a accepté de remplacer Gary Ross derrière les caméras, après la sortie du premier volet cinématographique en 2012.

«J'ai hésité à prendre le relais, car ça peut facilement devenir très contraignant de poursuivre le travail d'un autre. Je ne voyais aucun intérêt à copier mon prédécesseur sur le plan visuel.»

Or, L'Embrasement (Catching Fire) était l'occasion pour lui de montrer le Capitole «dans toute sa démesure», de créer une toute nouvelle arène pour les Jeux de l'Expiation, en plus de mettre en scène une galerie de nouveaux personnages «importants pour la suite des choses».

En plus d'établir des enjeux «qui prennent aujourd'hui tout leur sens dans La Révolte».

«J'avais vraiment beaucoup aimé les romans. J'en avais senti le potentiel. À revisionner le premier film, j'ai compris qu'il mettait la table pour les thèmes plus politiques que j'avais trouvé particulièrement intéressants à la lecture des livres, et qui se développaient véritablement qu'à partir de L'Embrasement: l'utilisation de Katniss comme symbole, le contrôle des masses, le début de la rébellion dans les districts, la propagande, etc. énumère Francis Lawrence. Et c'était avant tout cette matière, si riche à mes yeux, que j'avais le plus envie de creuser.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer