Elle l'adore: que feriez-vous pour votre idole?

Elle l'adore... (Courtoisie)

Agrandir

Elle l'adore

Courtoisie

Le DroitMaud Cucchi 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Soyez attentifs à la scène d'ouverture du film: sous des dehors anodins, elle renferme les clés du scénario.

Elle l'adore raconte l'histoire d'une admiratrice (Sandrine Kiberlain) qui voit débarquer un soir chez elle son chanteur préféré (Laurent Lafitte, de la Comédie-Française). Il lui demande de l'aider à se débarrasser d'un paquet encombrant. Elle accepte sans poser de questions. Comment une comédie policière à l'argument aussi invraisemblable finira tout de même par donner un film fluide et captivant? La réalisatrice Jeanne Herry évite habilement les écueils tendus, dont celui du cliché de la fan mania. Jamais entendra-t-on le ténébreux Vincent Lacroix en concert, jamais verra-t-on son admiratrice en pleine crise d'hystérie. Le parti pris est bien plus pernicieux : la groupie se dit prête à tout pour satisfaire son idole et recevoir en retour quelques miettes de reconnaissance. Le chanteur populaire, obnubilé par son image, n'est qu'un control freak, réglant sa vie au cordeau jusqu'au soir où s'envenime une scène de ménage avec sa compagne.

Le suspense du film se noue à partir du moment où l'on réalise que les consignes données par le chanteur à sa complice pour se débarrasser du colis n'ont pas été suivies à la lettre. Face à ce duo d'acteurs percutants - et à leurs personnages aussi froids que calculateurs - les protagonistes périphériques paraissent un peu ternes. On reste toutefois suspendus aux aventures de la groupie, personnage ambivalent et inattendu grâce à qui la résolution de l'intrigue se transforme en puits vertigineux. Elle l'adore, en écho à son titre-avertissement, finira par faire oublier ses quelques faiblesses en entretenant un suspense juridico-psychologique sans pitié.

Au générique

Elle l'adore. De Jeanne Herry. Avec Sandrine Kiberlain, Laurent Lafitte, Pascal Demolon.

PROJECTIONS: Cinéma 9, salle 4; samedi 21 mars, 19h. Cinéma 9, salle 3; le 25 mars, 19h. Aylmer, salle 3; le 26 mars, 19h.

Partager

À lire aussi

  • Sous les feux du FFO

    Cinéma

    Sous les feux du FFO

    La 17e édition du Festival du film de l'Outaouais bat son plein jusqu'à vendredi prochain. Survol de la programmation, en quelques... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer