Whiplash: batteur abattu

Un jeune batteur de jazz (Miles Teller) subit... (Courtoisie)

Agrandir

Un jeune batteur de jazz (Miles Teller) subit l'enseignement parfois brutal de son professeur (J.K. Simmons).

Courtoisie

Le DroitMaud Cucchi 2/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

L'excellence artistique rend fou, voilà ce qui ressort de Whiplash - coup de fouet en anglais - du jeune réalisateur Damien Chazelle.

Son deuxième long métrage a beau avoir reçu trois statuettes aux Oscars, dont celle du meilleur second rôle pour J. K. Simmons, les spectateurs devront s'armer de courage pour affronter ce film. Non qu'il soit dénué de talent, au contraire, la mise en scène et le montage sont d'une efficacité redoutable, qu'elle s'intéresse à la dévotion musicale du jeune héros Andrew Neyman (Miles Teller) prêt à tout pour devenir un grand batteur, ou qu'elle représente sa violente relation avec son professeur de musique à la manière d'un thriller

Whiplash prépare savamment la rencontre anxiogène entre disciple et maître dans l'un des plus grands conservatoires de musique américains, le saint des saints pour les futurs musiciens virtuoses. Elle a lieu lors d'une audition humiliante mais acceptable dans ce microcosme totalitaire de l'excellence musicale. Le scénario s'attachera ainsi à huiler l'engrenage sadomasochiste de la relation entre le très craint Terence Fletcher (aussi amène qu'un dirigeant nazi) et la nouvelle recrue (aussi vulnérable que persévérante). Les scènes se font d'une cruauté et d'une férocités rares : humiliations verbales, psychologiques et physiques - l'apprenti jouera jusqu'au sang, prêt à tout endurer pour se surpasser et dompter sa batterie. 

Ce crescendo de délire quasi-militaire a beau être orchestré de main de maître par le réalisateur, dérivant habilement du burlesque à l'horreur, il faut avoir le coeur (et les oreilles) bien accrochés pour supporter cette cruauté assénée tambour battant avec un martèlement aussi raffiné que le bruit d'une grosse caisse.

Au générique

Whiplash. De Damien Chazelle. Avec Miles Teller, J.K. Simmons.

PROJECTIONS: Cinéma 9, salle 3. Dimanche 22 mars, 19h.

Partager

À lire aussi

  • Sous les feux du FFO

    Cinéma

    Sous les feux du FFO

    La 17e édition du Festival du film de l'Outaouais bat son plein jusqu'à vendredi prochain. Survol de la programmation, en quelques... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer