Au pays enchanté de Martin Talbot

Avec Henri Henri, le réalisateur Martin Talbot signe... (Hugo-Sebastien Aubert, La Presse)

Agrandir

Avec Henri Henri, le réalisateur Martin Talbot signe son premier long métrage.

Hugo-Sebastien Aubert, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Martin Talbot a beau jurer ses grands dieux qu'il ne s'est pas inspiré du Fabuleux destin d'Amélie Poulain, on peine à le croire. Même Victor Trelles Turgeon, l'acteur principal de son film Henri Henri, ressemble à Audrey Tautou.

Le réalisateur s'amuse de la coïncidence: «Ah bon, vous trouvez?» Quant au personnage que le comédien incarne, lui aussi distribue ses bienfaits à son entourage à la façon d'une Amélie Poulain. Selon le scénario, il «met de la lumière dans la vie des gens». Comprendre: employé dans un magasin de luminaires, Henri change les ampoules grillées. Après tout, c'est une manière de consacrer sa vie à servir son prochain. Le réalisateur scénariste aurait eu l'idée du personnage en visionnant un documentaire.

Pourtant, on aurait d'abord pensé à l'un des célestes protagonistes du Petit Prince: l'allumeur de réverbères. «C'est une occupation très jolie. C'est véritablement utile puisque c'est joli», décrivait Antoine de Saint-Exupéry. Un côté fantaisiste que Martin Talbot adopte pleinement: son film a tout l'air d'un conte de fées moderne inscrit dans une époque révolue.

«Il y a énormément de références dans Henri Henri, c'est un véritable jeu de pistes!» concède le cinéaste. Voilà de quoi piquer la curiosité de tout spectateur cinéphile. En effet, les clins d'oeil cinématographiques ne manquent pas dans Henri Henri même si le réalisateur préfère citer Jacques Demy ou Tati plutôt que Jean-Pierre Jeunet. «Je suis de la même génération que lui, se défend-il. J'avais développé mon style dans des courts métrages avant même la sortie d'Amélie Poulain.»

Chez le réalisateur Wes Anderson - une inspiration revendiquée, celle-là -, le Québécois apprécie «le côté intemporel, enfantin et coloré, tout autant que la minutie accordée aux choix des accessoires». Ce n'est pas un hasard si les renards parlent aussi dans le cinéma de Martin Talbot...

Pour ces nostalgiques des années 1960, chaque image a une certaine couleur du temps, délicate, comme sortie d'une bande dessinée, mettant en scène des personnages tirés à quatre épingles dans un univers low-tech, pointilleux et pointilliste. Du bonbon visuel pour le spectateur!

Du court au long métrage

Même si Martin Talbot signe ici son premier long métrage, sa carrière de cinéaste n'en est pas à ses balbutiements. Le Québécois est surtout connu pour la réalisation de la série familiale Les Parent diffusée à Radio-Canada. Il a d'ailleurs écrit le personnage renfrogné de M. Binot, un magnat déchu du cornichon, expressément pour le comédien Marcel Sabourin qui interprète le grand-père Bernard Rivard dans le feuilleton télé. Sophie Desmarais, Michel Perron (Les Parent 5 & 6), ainsi que Kenneth Fernandez complètent la distribution.

Avec plusieurs courts-métrages à son actif, Martin Talbot se lance sur le tard dans la réalisation au long cours. «Les astres n'étaient pas alignés pour que ça arrive plus tôt», commente-t-il. Manque de temps? D'inspiration? «Je tenais absolument à rédiger moi-même le scénario du premier film que j'allais réaliser, reconnaît-il. J'ai réussi à écrire Henri Henri entre deux saisons.»

L'exercice se révèle plus ardu qu'il n'y paraît. Les codes du long métrage ne sont pas les mêmes que ceux du court ou du feuilleton. «Le plus difficile, c'était de tenir dans la longueur», avoue-t-il. Une première version donne le ton d'un film chorale qui emboîterait trois récits bout à bout. «Mais ça n'allait pas. J'avais des difficultés à passer du récit flash qu'impose le format court au développement d'une longue histoire.»

Si les influences cinématographiques de Martin Talbot promettent un enivrement visuel, on attendra la sortie du film vendredi pour savoir si l'ivresse promise est à la hauteur du flacon défendu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer