Une exposition prête à faire du bruit

Sept installations à découvrir gratuitement dans le secteur... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Sept installations à découvrir gratuitement dans le secteur Montcalm, entre le pont de la Brasserie et la Fonderie.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'endroit pourrait passer inaperçu, caché dans une aile de la Filature. Pourtant le centre DAÏMÔN existe depuis 31 ans. Les professionnels en arts médiatiques le connaissent certainement : on peut y louer de l'équipement multimédia, assister à des formations et à des conférences sur la production audio-visuelle ou la photographie.

En poste depuis quatre mois, la directrice Martine H. Crispo entend donner un nouveau souffle à cet organisme confidentiel, davantage porté sur l'aide à la production que sur la diffusion d'oeuvres. L'exposition Interstices initiée par son prédécesseur, Raphaël Néron-Baribeau, devrait l'y aider. Jusqu'au 30 août, DAÏMÔN prend l'air aux abords du ruisseau de la Brasserie et propose un parcours sonore inusité. Sept installations à découvrir gratuitement dans le secteur Montcalm, entre le pont de la Brasserie et la Fonderie. Visite guidée tout ouïe...

Il s'appelle Geert-Jan Hobijn et vit Berlin. Il a passé tout le mois de juin en résidence artistique à la Filature pour créer son installation sonore qu'il ne quitte pas des yeux. Avant d'être mises à l'eau sur le ruisseau adjacent, les quatre structures en jerricanes, bâtons, tubes et ficelles reposent à deux pas du lit de camp de M. Hobijn. L'artiste veille sur ces Plastic Souls jour et nuit, de peur qu'on ne les lui vole de nouveau. Pourtant, cette oeuvre aux allures d'araignée d'eau n'est composée que de matériaux recyclés, récupérés lors de la collecte du tri sélectif.

L'idée lui est venue à l'occasion d'un séjour en Italie avec vue imprenable sur une plage jonchée de détritus refoulés par la mer: «j'ai voulu travailler à partir de la pollution marine, explique-t-il, transformer ces rebuts en bateaux et instruments de musique.» Au contact de l'eau, les tuyaux émettent des sons à la manière d'un orgue activé par le vent. L'installation devra partager son bassin avec Agwata, le spectacle de projection multimédia sur eau (21-30 juillet) et tolérer les sprints de canot organisés par L'Association des coureurs en canot de l'Outaouais. Le ruisseau ne devrait pas dormir cet été.

L'endroit pourrait passer inaperçu, caché dans... (Patrick Woodbury, Le Droit) - image 2.0

Agrandir

Patrick Woodbury, Le Droit

L'endroit pourrait passer inaperçu, caché dans... (Patrick Woodbury, Le Droit) - image 2.1

Agrandir

Patrick Woodbury, Le Droit

Fortifier le réseau artistique

«Ce projet d'art sonore relie la Filature à la Fonderie et à la CAVMA [Coopérative des arts visuels et métiers d'art Outaouais], présente François Cambe, coordonnateur aux communications de DAÏMÔN. Il amène le public à découvrir différentes facettes des arts sonores tout en revitalisant un secteur industriel en pleine décontamination.»

On remarquera à peine les tuyaux d'évacuation de gaz toxiques, sur la rive ouest du ruisseau, lesquels se fondent avec les panneaux de Stéréophonie, de Christof Migone, éparpillant des pages de mots comme un livre audio qui aurait pris la clé des champs.

En traversant le pont, on remarquera, à la nuit tombée, le clocher coloré de Nicolas Bernier, puis les sons métalliques recréés par Sonia Paço-Rocchia sur l'une des fenêtres de la Fonderie, avant de rejoindre la Filature et les installations d'Adam Basanta et d'Alaska B. 

Semés comme des cailloux du Petit Poucet sur les lampadaires du trajet, les bornes sonores d'Audiotopie reproduisent chacune une note amplifiée selon la luminosité du moment.

«C'est la fragmentation de l'espace sonore qui nous interpellait», explique Simone d'Ambrosio, une perceuse à la main. Les bornes qu'il a créées avec Etienne Legast tissent le fil d'Ariane sonore de l'exposition. «Elles guideront les gens par l'ouïe.» 

«Cette exposition constitue une grande première pour DAÏMÔN, se félicite la nouvelle directrice. Notre stratégie consiste à améliorer le rayonnement du centre, à le faire connaître à un plus large public». Satisfaite de la collaboration avec les autres centres artistiques du secteur Montcalm, dont la Galerie attenante Axenéo7, Mme H. Crispo souhaiterait tisser davantage de liens avec ses homologues à Ottawa. Et pourquoi ne pas élargir un peu plus les horizons de DAÏMÔN et produire des événements en jumelage avec d'autres villes à l'étranger.

Et de conclure sur une note d'espoir: «En appuyant financièrement notre projet, la ville a réalisé l'importance de notre rôle.» Reste à savoir si cet intérêt dépassera les émoussements de l'année anniversaire.

L'endroit pourrait passer inaperçu, caché dans... (Patrick Woodbury, Le Droit) - image 3.0

Agrandir

Patrick Woodbury, Le Droit

Pour y aller

Quand ? Jusqu'au 30 août

Où ? Secteur Montcalm

Renseignements : 819-770-8525 ; daimon.qc.ca/interstices




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer