Un demi-siècle d'art autochtone au MBAC

Une oeuvre de Annie Pootoogook, Congélateur de Cape...

Agrandir

Une oeuvre de Annie Pootoogook, Congélateur de Cape Dorset, achetée en 2007 - courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La dernière oeuvre présentée n'est peut-être pas la plus colorée, mais propose une opportune image de fin. Voyage, de Carl Beam, représente une coque de navire échoué, référence à l'arrivée de Christophe Colomb en Amérique et au squelette d'une baleine morte prématurément.

Le premier mérite de Art canadien et autochtone : de 1968 à nos jours, somme de quelque 150 oeuvres créées par une centaine d'artistes et exposée au Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) est de rompre avec une grande part de l'imagerie folklorique traditionnellement rattachée à l'art autochtone. 

L'exposition propose un panorama d'un demi-siècle de pratiques diversifiées dans un pays qui, pendant longtemps, a relégué l'art autochtone aux musées d'histoire et ethnographiques. 

« Le Musée des beaux-arts a commencé à acquérir de l'art inuit dans les années 1950, et plus généralement de l'art autochtone trente ans après, » explique son directeur Marc Mayer. L'exposition se veut le reflet du travail d'acquisition du musée ces dernières décennies, l'ensemble des oeuvres provenant de son fonds, à l'exception de l'immense peinture de Norval Morrisseau, Androgynie, prêtée par Affaires autochtones et du Nord Canada. 

Un demi-siècle de pratiques artistiques, donc, qui s'amorce en 1968, avec l'émergence du courant conceptuel et de la vidéo d'art pour traverser ensuite de multiples jalons de l'histoire, toutes pratiques confondues : l'évolution de la peinture au Canada des années 1980 à 2000, les photographies et sculptures à Vancouver de la fin des années 1970 jusqu'au début des années 1990, ou encore les réalisations des femmes artistes des années 1970 jusqu'au début des années 1990.

Tel quel, le parcours proposé jusqu'en mai 2018 (12 salles réparties sur deux étages) offre une drôle de balade à l'intérieur d'une multitude de formes et de mouvements. Dont la seule correspondance serait l'appartenance identitaire des artistes autochtones, « revendiquée ainsi de leur part », justifie M. Mayer.  

Au détour d'une salle, certains découvriront avec plaisir la maîtrise surréaliste de Lawrence Paul Yuxweluptun qui n'a rien à envier à Dalí. On s'attendrait à découvrir un art engagé, exprimant « les histoires non dites des Premières Nations », comme l'a présenté la commissaire Christine Lalonde. De fait, l'artiste Carl Beam travaille avec différentes techniques pour sonder les tensions entre Blancs et Autochtones et son Iceberg nord-américain (1985), oeuvre politisée, accueille le visiteur dès l'entrée de l'exposition. Plus loin, Janice Gurney exprime sa vision des Derniers Tasmaniens (1990) et de l'exclusion. Elle participe à la section judicieusement consacrée aux réalisations de femmes artistes, oeuvres ouvertement féministes et plus méconnues. 

Mais tous n'explorent pas des voies dissidentes. Que dire de l'installation phallique Lundi, mercredi, samedi, signée du collectif General idea, récemment restaurée par le musée et présentée pour la première fois depuis plusieurs décennies ? Ou encore de la Remorque, de Geoffrey Farmer, trompe-l'oeil grandeur nature au concept si récurrent en art contemporain ? 

Très souvent, les oeuvres sélectionnées ne constituent rien d'autre qu'une représentation du courant artistique dans lequel elle s'inscrivent, alors qu'on s'attendrait à un supplément d'âme. 

À l'instar d'Annie Pootoogook et de son dessin Congélateur de Cape Dorset, (notre photo) dont le cartel tait le tragique destin : l'artiste inuite a été retrouvée morte, en 2016, dans la rivière Rideau dans des circonstances suspectes. 

Originaire de Cape Dorset, sur l'île de Baffin, elle était devenue sans-abri, à Ottawa.

Pour y aller

Quand ? Jusqu'en mai 2018

Où ? Musée des beaux-arts du Canada

Renseignements ? 613-990-1985 ; beaux-arts.ca




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer