Les Juno en mode expo

À l'approche de la cérémonie des Prix Juno, le 2 avril à Ottawa, deux... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À l'approche de la cérémonie des Prix Juno, le 2 avril à Ottawa, deux expositions retracent en photos et artefacts les quatre décennies de la célèbre récompense musicale née en 1970 sous l'appellation Gold leaf awards. Un an plus tard, le président du CRTC, Pierre Juneau, donnait son nom au prix. Visite de deux galeries tendant un miroir de la musique canadienne reconnue et récompensée.

À la Galerie Âjagemô du Conseil des arts du Canada (CAC), une thématique s'impose surtout: la contribution essentielle du CAC à la production musicale canadienne. Le commissaire Allan Wigney célèbre tout autant - sinon plus - les 60 ans de l'organisme public de soutien aux arts - que les lauréats des Juno.

Parmi les affiches dédicacées, partitions manuscrites et autres objets collector prêtés par différentes institutions, ce télégramme bouleversant de Leonard Cohen, qui, depuis Hydra, décrit en 1963 sa terrible situation financière et espère remporter une bourse de 500 $ de CBC.

La robe de mariée de k.d. lang.... (Etienne Ranger, Le Droit) - image 2.0

Agrandir

La robe de mariée de k.d. lang.

Etienne Ranger, Le Droit

Des coulisses parfois sombres du métier à l'avant-scène glamour du tapis rouge, l'exposition RxÉvolutions est une caverne d'Ali-Baba où l'on dégotte aussi bien la robe de mariage choisie par k.d. Lang pour son apparition mémorable en 1985, que les chaussures portées par Drake et Serena Ryder pendant la cérémonie, des setlists souvenirs, un baladeur, des cassettes et vinyles...Télescopage d'époques et de styles, un choix en entraînant un autre.   

L'art au verso de la musique

La Galerie d'art d'Ottawa délocalisée à l'hôtel de ville propose un tout autre voyage au coeur de la création musicale. Dans une première partie, les artistes gagnants des prix Juno y sont exposés dans une série photographique de portraits conventionnels, mais L'art et l'art souligne surtout la synergie entre arts visuels et musique.  

Le plus souvent en amateurs, ces personnalités de la musique canadienne s'essaient à d'autres formes d'expression : peinture, photographie, collage notamment. On en retrouve une sélection fort éloquente, des autoportraits inspirés de Leonard Cohen et Josh Winstead (Metric) à des essais de peinture moins concluants. 

En vedette incontestable, l'immense peinture sur bois du musicien Tom Wilson, L'autoroute mystique, un tableau saturé d'écritures créé pour rendre hommage à «tous ceux qui ont en commun l'énergie des esclaves et l'âme des opprimés.» 

Un choix d'oeuvres qui nous fait entrer différemment dans l'intimité de ces artistes primés par un - ou plusieurs - prix Juno.

Pour y aller

Quoi: L'art de l'art

Quand: Jusqu'au 16 avril

Où: Hôtel de ville d'Ottawa,

***

Quoi: RxÉvolutions 

Quand: Jusqu'en août

Où: Galerie Âjagemô du CAC




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer