Au pays des couleurs de Dinorah Catzalco

Pour sa première exposition solo à la galerie... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Pour sa première exposition solo à la galerie Montcalm, Dinorah Catzalco a enraciné son imaginaire sur des canevas circulaires autour du thème de l'arbre de vie.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dinorah Catzalco faisait partie des six artistes et organismes culturels émergents dont Le Droit a suivi le parcours en 2015. Depuis, elle a beaucoup travaillé. Elle présente aujourd'hui le fruit de tous ses efforts à la galerie Montcalm.

Le cercle a cartographié les élans artistiques de Dinorah Catzalco au cours de la dernière année. Avec Tecocuahuitl : l'axe du monde, la Gatinoise boucle un cycle de création vibrant de nouvelles couleurs et de créatures mythiques qui se déploient jusqu'au 26 février dans le cadre de sa première exposition solo à la galerie Montcalm. 

« Il y a quelque chose de vraiment satisfaisant à réaliser que je suis allée au bout du projet et de voir ce que j'avais en tête vivre sur les murs de la galerie, dans un autre espace que celui où les tableaux ont été créés », soutient l'artiste visuelle, englobant fièrement du regard ses oeuvres accrochées aux murs de la galerie municipale.

Le coup d'oeil s'avère d'ailleurs pour le moins saisissant : ici, des visages humains affleurent dans les gueules d'un jaguar ou d'une grenouille ; là, la déesse Ixchel, associée à la beauté et créatrice du tissage, déroule son foulard dans un geste bienveillant.

Partout, ou presque, des fleurs éclosent dans des palettes de couleurs éclatantes de vie.

Si l'effet est aussi spectaculaire, cela tient également au format impressionnant des tableaux (183 cm de diamètre). Format qui a d'ailleurs contraint Dinorah Catzalco à reconfigurer son atelier.

« J'avais mal calculé l'espace de dégagement de l'escalier menant à mon atelier au sous-sol, raconte la principale intéressée en rigolant. Les toiles étaient trop grandes pour que je puisse les descendre, alors j'ai dû m'installer dans la cuisine pour travailler. C'était devenu une vraie jungle, à la maison ! »

Une jungle non seulement à cause des pinceaux, des tubes de peinture, du papier mâché, du plâtre et autres matériaux nécessaires à la concrétisation de ses croquis, mais aussi à cause des créatures émergeant de son imaginaire débordant.

Arbre de vie et racines mexicaines

Tecocuahuitl : l'axe du monde s'est articulée autour de l'arbre de vie. 

« L'arbre sacré est présent dans plusieurs cultures pré-hispaniques en Amérique. Chez les Mayas, par exemple, il symbolise la force, la sagesse et la fertilité. Pour les Aztèques, l'arbre est également nourricier. Toutes ces idées m'ont inspirée », précise la trentenaire, dont les racines s'étendent jusqu'au Mexique de ses ancêtres.

Elle y est justement retournée, à la fin de l'année 2015, avec son amoureux et leur petit garçon, afin de visiter des sites archéologiques et se faire raconter de nouveau certaines histoires et mythes.

« La couleur est revenue, à la suite de ce séjour mexicain. Ç'a nourri mon imagination, donné des formes à ce que j'avais envie d'explorer. »

Cela lui a également permis de trouver un point d'équilibre entre son emploi à temps partiel au Musée canadien de l'histoire, son rôle de maman, sa vie de femme et son besoin de créer.

Les 12 derniers mois n'ont pas nécessairement été de tout repos pour autant. « Il y a tant de défis à être artiste... Comme je n'ai pas réussi à obtenir de financement, j'ai dû me résoudre à m'autofinancer pour mener à terme mon projet d'exposition.»

Dinorah Catzalco a néanmoins eu l'aide d'un collègue du MCH, qui a généreusement conçu les canevas circulaires en bois pour qu'elle puisse se «concentrer sur la création». «C'est mon ange!» clame-t-elle.

Un Rapport organique à ses tableaux

Les tableaux en 3D de Dinorah Catzalco comportent une multitude de points, plus ou moins gros. 

«Ma technique joue avec la répétition des cercles, qui évoquent les cellules dont on peut admirer les couleurs phénoménales au microscope.»

Ce n'est pas là le seul lien organique dans ses oeuvres. Car si  certains desdits cercles sont peints au pinceau, la plupart le sont... au doigt. «Il y a alors un rapport encore plus organique, physique, entre l'oeuvre et moi, quand j'applique la couleur avec le bout de mon index dans un mouvement circulaire, ou quand je dépose seulement un picot du bout du doigt», explique-t-elle en mimant les différents gestes exécutés.

Et puis, il y a cette «impression d'une mémoire inconsciente» remontant à la surface qui la fascine, lorsqu'elle peint ainsi. «Peut-être que ça vient de mes ancêtres, de mon passé, de quelque chose que je porte en moi sans savoir et qui jaillit intuitivement quand je crée», sonde-t-elle.

Ce lien qu'elle ressent alors la réconforte dans la voie choisie. Cette voie qu'elle rêvait de suivre, quand, petite, elle observait sa mère jouer de ses pinceaux et crayons sur la toile et le papier.

«Je me répétais que j'aurais moi aussi une sacoche pleine de tout ça, comme elle.»

Rêve d'enfance concrétisé

Dinorah Catzalco se souvient aussi de ses nombreuses visites à la galerie Montcalm avec sa mère. Avant ou après un passage à la bibliothèque municipale, cette dernière lui proposait souvent d'aller admirer l'exposition en cours.

«J'ai passé tellement de temps ici... Je me rappelle m'être dit, à neuf ou dix ans, que j'aimerais ça, un jour, connaître la sensation d'exposer mes créations sur ces murs...»

Lorsqu'elle a livré ses tableaux, au cours du week-end dernier, elle a dû s'asseoir pour se laisser pénétrer de la réalité du moment qu'elle était en train de vivre. «C'est un rêve d'enfance qui se réalise!»

«Aller au bout de tout ce qui est là, ça fait un bien fou», conclut-elle, les deux mains posées sur sa poitrine, côté coeur.

Après Gatineau, les oeuvres de Dinorah Catzalco seront exposées à La Tohu, à Montréal, pendant trois mois, au printemps.

Pour y aller

Jusqu'au 26 février

Galerie Montcalm

gatineau.ca/osezladifference

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer