De la couleur autour du monde

La Gatinoise Maria-Rosa Szychowska signera 12 murales du... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

La Gatinoise Maria-Rosa Szychowska signera 12 murales du Mexique au Brésil en 2017.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Douze murales dans 12 pays d'Amérique latine en 12 mois : la Gatinoise Maria-Rosa Szychowska prend son envol, ce vendredi, pour un périple artistique qui la mènera du Mexique au Brésil en 2017. L'artiste visuelle y déploiera ses talents à grands coups de pinceaux et d'aérosol afin de créer des fresques pour le bénéfice d'ONG dans le cadre de son Projet 12-12-12.

« Je ne suis pas médecin, je ne peux donc pas soigner les gens. Mais je peux mettre un peu de couleur dans leur vie, par exemple ! » clame tout sourire Maria-Rosa Szychowska, rencontrée à quelques jours de son départ pour le Mexique.

Grande bourlingueuse devant l'Éternel, la femme de 28 ans est originaire de Pologne, a vécu quelque temps en Italie, avant que sa famille s'installe en Outaouais. Si elle a étudié les beaux-arts dans la région, elle a depuis puisé dans ses voyages humanitaires, tantôt en Inde, tantôt au Nicaragua, de nouvelles sources d'inspiration pour ses oeuvres, de plus en plus orientées vers l'art urbain. À Gatineau, on lui doit le portrait Dallaire à la fleur rose (39, rue Leduc), commissionné par la Ville pour souligner le centenaire de Jean Dallaire. Elle a aussi signé le visage de l'enfant au coeur de la murale collective ornant l'extérieur des locaux d'ArtiShow, sur la rue Montcalm.

« Contrairement à plusieurs de mes collègues, je ne viens pas du milieu du street art. Je n'ai pas commencé en peignant des graffitis illégalement, mais en m'inspirant du Caravagge pour réaliser mes premiers tableaux. »

Lors d'un séjour à Gran Canaria, il y a deux ans, le propriétaire de l'auberge de jeunesse où elle pose ses pénates lui propose toutefois un échange de services qui ouvre une autre dimension à sa démarche : une chambre contre une murale.

« Je n'avais jamais fait quoi que ce soit s'apparentant à ça avant, et ça m'a pris un temps fou, à cause des proportions, entre autres. Je n'avais pas encore compris que pour faire une belle murale, il faut d'abord avoir un croquis bien défini, qu'on peut ensuite reproduire sur le mur ! » raconte-t-elle en rigolant.

Depuis, Maria-Rosa Szychowska a peaufiné son art ici et à l'étranger, en plus de développer son Projet 12-12-12 grâce à un programme d'aide du Carrefour Jeunesse Emploi. Plutôt « spontanée », elle a pu planifier ses déplacements, établir des contacts avec diverses organisations non gouvernementales (une bibliothèque ambulante au Salvador et un orphelinat au Guatémala, par exemple), en plus de trouver un commanditaire pour les bouchons de ses bombes d'aérosol, bouchons munis de diverses ouvertures permettant des traits plus ou moins fins lorsqu'elle peint. 

« Il y a trop de risques qu'on me confisque mes cannettes, même si je les mets dans mes bagages allant dans la soute, alors je pars plutôt avec plusieurs bouchons, mes pinceaux et mes crayons », soutient l'artiste, qui a eu recours au socio-financement pour amasser les fonds nécessaires pour partir.

Elle trimballera aussi un ordinateur portable et une caméra pour documenter ses rencontres et son travail. « Les gens qui ont contribué au financement du projet pourront me suivre sur mon site Internet ! »

Maria-Rosa Szychowska laissera bénévolement sa trace sur les murs des ONG. « Ce que je crée est évidemment le résultat de plusieurs années de travail et de perfectionnement, mais j'ai encore de la difficulté à monnayer ce que je considère, à la base, comme un don que j'ai reçu », explique la Gatinoise.

Elle est néanmoins consciente que, tout en partageant ses connaissances et son expérience en art urbain avec les gens qu'elle croisera, elle nouera des liens qui pourraient lui servir ultérieurement. 

« Ce voyage va me donner beaucoup de pratique, dans des conditions et des contextes différents à chaque fois. Et puis, ça me permettra en plus de peaufiner mon espagnol », lance gaiement celle qui parle déjà couramment le français, l'anglais, le polonais et l'italien.

Il sera possible de suivre le périple artistique de Maria-Rosa Szychowska à : www.projet121212.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer