Dans le regard de Lénine

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sous la houlette de Marie-Hélène Leblanc, la galerie de l'UQO (Université du Québec en Outaouais) accueille une installation vidéo du Bulgare d'origine Pavel Pavlov.

Deux salles, deux projections vidéo. Pavel Pavlov a filmé en Bulgarie des lieux d'apparence anodine que la légende placée en début d'exposition hisse au rang de l'Histoire : les neuf prises de vue que l'on découvre à la galerie correspondent à l'emplacement d'anciennes statues de Lénine détruites à la disparition du rideau de fer ou reléguées dans des musées, exposées à titre de vestiges de l'art totalitaire. 

« La caméra prend la place de celui qui est censé nous surveiller, analyse le vidéaste. Je voulais travailler sur cette idée du contrôle et de l'autorité. »

Ces neuf vues prises à partir du point de vue de Vladimir Ilitch Oulianov, dit Lénine, jouent aussi sur le procédé du déplacement. Le spectateur est d'abord invité à visionner le film dans la seconde pièce avant de revenir sur ses pas pour revoir la première vidéo. 

« L'inversement des salles en fait un lieu de transition », explique l'artiste, également professeur à l'École multidisciplinaire de l'UQO.

La vue qu'aurait eue ces anciennes statues de Lénine est loin d'être imprenable : des terrains vagues assoupis, des rues monotones, des parcs désertés. Bref, un paysage urbain sans effervescence. Quand passe un moineau, c'est la vie qui renaît. 

Mais l'intérêt de la démarche est moins dans l'image elle-même (l'artiste la qualifie de « résiduelle » ; « on n'y voit rien et il n'y a rien à voir ») que dans le procédé filmique multipliant les prises de vue : celle de la caméra orientée en fonction du regard du dirigeant communiste, celle du spectateur observant la scène filmée... laquelle est projetée dans sa version in situ dans la première salle de la galerie. Un véritable casse-tête de matriochkas bulgares !     

Le concept a vu le jour l'été dernier, quand Pavel Pavlov a décroché un poste de professeur à l'UQO. « J'ai passé un certain temps à documenter l'emplacement de ces statues disparues, raconte-t-il. Je recherchais dans les archives au moins deux photographies qui me permettraient de recouper la zone recherchée ». 

Selon son travail de documentation et son expérience personnelle, les statues de Lénine n'étaient jamais représentées sous un angle frontal. « Toujours avec un regard fuyant », se souvient-il. 

Il ne faut surtout pas rater ce texte présenté en introduction de la visite : les jurys responsables de la sélection de nouveaux monuments ont préconisé un Lénine  représenté comme « notre contemporain, comme une présence dans notre vie, en nous-mêmes comme notre conscience, comme notre raison, comme notre volonté, comme un conseiller ou père, présent autour de nous... » À sa façon, Pavel Pavlov lui donne un nouveau regard.

Pour y aller

Jusqu'au 29 octobre

Galerie de l'UQO

819-595-3900; galerie.uqo.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer