Une exposition à feuilleter

Des gants blancs sont distribués au visiteur. «Touchez,... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Des gants blancs sont distribués au visiteur. «Touchez, feuilletez ce que vous voulez», nous prévient-on. Des livres partout, sous toutes leurs formes, patientent sur des présentoirs.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'exposition Édition, Forme, Expérimentation, à la Galerie UQO, explore avec justesse la relation entre l'art et le livre.

Le sujet est si vaste qu'il ne tiendrait pas dans une exposition, si étendue soit-elle: la relation entre le livre et l'oeuvre d'art. Édition, Forme, Expérimentation, est moins une exposition qu'une installation d'oeuvres, de diapositives, d'ouvrages imprimés disposés de manière à suggérer l'étendue de la question.

On entre dans cette présentation de Collectif Blanc comme dans une bibliothèque, sans trop savoir par où commencer. Des gants blancs sont distribués au visiteur. «Touchez, feuilletez ce que vous voulez», nous prévient-on. Des livres partout, sous toutes leurs formes, patientent sur des présentoirs. 

Dès l'entrée, le clic-clac de diapositives projetées attire l'attention. Des haïkus contemporains défilent au mur: «Manger de la soie dentaire n'amuse personne» succède à «Les livreurs de pizzas sont tous des cokés». Voici le Carrousel encyclopédique des grandes vérités de la vie moderne de Marc-Antoine K. Phaneuf et Jean-François Proulx, un livre-objet aux «pages» interchangeables. 

Bien des artistes - ils sont plus d'une centaine représentés ici - ont joué avec la notion de livre, la plupart glissant vers l'absurde ou la parodie. Dans La contrainte, Simon Guibord a façonné une pile d'archives à partir des feuilles qui composaient l'exposition inaugurale de la Galerie UQO en 2015. 

Certains ouvrages jouent carrément sur l'inaccessibilité à l'instar de L'oeuvre Le Génie, de Julie Picard, un article de journal enfermé dans une fiole de verre impossible à extraire: «Génie dans la bouteille ou bouteille à la mer?» demande malicieusement l'artiste. 

Mais les pièces les plus surprenantes du parcours sont certainement ces Sacs à surprises de Julie Picard, enveloppes de papier kraft scellées que le visiteur est libre d'ouvrir, à condition de détruire l'oeuvre et de lui faire perdre sa valeur. Choix déchirant? Aucun visiteur, paraît-il, ne se serait risqué à saboter l'installation pour satisfaire sa curiosité. 

L'exposition est organisée par Collectif Blanc, une plateforme curatoriale montréalaise faisant la promotion des nouvelles formes d'édition imprimée. Elle privilégie ainsi les déclinaisons les plus inventives du livre expérimental: une attention particulière est portée aux formes inusitées, aux graphismes conceptuels et éclatés. 

Parmi les artefacts remarquables que l'on manipulera du bout des gants comme des pièces à conviction, ce livre miniature rouge et or à couverture de boîtier, une étude en comprimé du statut de la cigarette dans les mariages chinois. Comment ne pas remarquer Le volume de, signé Aurélie Painnecé, un rouleau de papier déroulé verticalement depuis les cimaises de la galerie? 

Plusieurs pièces jouent sur la forme de l'accordéon, le Specimen est l'un d'eux, un livret-accordéon proposant une exploration circulaire de l'univers ponctué de grandes questions scientifiques. 

L'exposition n'oublie pas non plus de rendre hommage au Livre des livres, la Bible, revisitée non sans humour ou impertinence par les artistes Adam Broomberg et Olivier Chanarin. 

Une exposition à parcourir et à feuilleter tout en prenant son temps, au gré des envies du moment...

Pour y aller

Où? Galerie UQO

Quand? Jusqu'au 24 mars

Renseignements: galerie.uqo.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer