FemmExpo, l'art «viril» du féminisme

Au total, les oeuvres de 42 femmes artistes orneront... (Courtoisie)

Agrandir

Au total, les oeuvres de 42 femmes artistes orneront les murs et les planchers du CAC de la MRC Papineau jusqu'au 29 avril.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est sous la thématique Transmission et engrenages que prend son envol la huitième exposition collective FemmExpo, samedi après-midi, au Centre d'action culturelle (CAC) de la MRC Papineau, à Saint-André-Avellin. Au total, les oeuvres de 42 femmes artistes de l'Outaouais et de l'extérieur de la région orneront les murs et les planchers de l'endroit jusqu'au 29 avril.

Le thème renvoie à la transmission génétique, mais aussi culturelle, politique, historique, mécanique, électronique... À la transmission des connaissances et de tout un savoir-faire. Engrenage évoque quant à lui le mouvement, la force, la direction, le symbole industriel. 

La résultante de l'exposition de la Petite-Nation baigne autant dans le «littéral» que dans le «métaphorique».

«C'est un thème qui fait tout de suite penser à quelque chose de masculin. Ça sonne très viril et on voulait aussi faire un lien par rapport aux femmes qui font des métiers perçus comme étant associés aux hommes. Il y avait aussi ce message-là dans notre choix de thème. Ça donne quelque chose de très coloré et c'est vraiment différent des années précédentes», résume d'emblée la directrice du CAC de la MRC Papineau, Émilie Laverdière, à propos de cette huitième mouture.

Peinture, sculpture, photographie, dessin, projet textile: FemmExpo propose pour ce huitième rendez-vous visuel un amalgame de 39 oeuvres, dont deux sont issues de travaux collectifs.

Certes, plusieurs «habituées» sont une fois de plus de retour parmi les invitées. Le nombre de jeunes artistes dans le début de la vingtaine est toutefois plus élevé, cette année.

«C'est la première fois que nous avons autant d'artistes dans toutes les catégories d'âge. L'intention de cette exposition a toujours été de donner la chance aux femmes de s'exprimer. Pour plusieurs, c'est un premier pas pour présenter une oeuvre en public», rappelle Mme Laverdière.

Louise Poirier comme présidente d'honneur

Comme le veut la tradition, FemmExpo sert annuellement de commémoration à la Journée mondiale de la femme qui a lieu le 8 mars. L'équipe du CAC a une fois de plus misé sur une cible de qualité pour combler la présidence d'honneur.

C'est l'«artiste féministe vintage», l'auteure-compositrice-interprète, poète et slameuse Louise Poirier, qui tient ce rôle cette année. La résidente de Montebello n'a pas hésité une seconde avant d'accepter l'invitation du CAC. «Je suis une artiste de la Petite-Nation et je sais à quel point c'est difficile d'être reconnue comme telle dans les régions éloignées. J'avais le goût de donner un coup de pouce à la culture en région», lance-t-elle.

Multi-instrumentiste aux multiples talents bien connue pour avoir copiloté à l'époque le collectif 8F8M et être actuellement membre du trio Les Chipies, Mme Poirier a épousé la cause de FemmExpo parce qu'elle croit à l'art comme vecteur du progrès. Malheureusement, les choses ne changent pas rapidement, observe-t-elle.

«J'ai 56 ans et j'en ai vu passer des 8 mars et des changements sociaux dans mes 30 ans de carrière et je peux dire que mon répertoire d'il y a 30 ans est encore actuel.»

Louise Poirier
artiste

Le sujet de la place de la femme dans la société et de l'égalité entre les sexes est d'autant plus bouillant ces derniers jours avec la controverse entourant l'étiquette de «féministe».

Après s'être déclarée non féministe, la ministre de la Condition féminine, Lise Thériault, a précisé sa pensée en milieu de semaine en disant être «féministe à sa manière». Cette déclaration a piqué au vif la Montebelloise.

«Pour se mettre un pied dans la bouche, elle (Lise Thériault) n'aurait pas pu mieux faire. Être féministe à sa manière quand tu es ministre de la Condition féminine, c'est un peu une hérésie. Elle travaille pour l'ensemble de la collectivité. Comment peut-elle appliquer quelque chose à sa manière? Moi je suis féministe et je ne me gêne pas pour le crier haut et fort», clame-t-elle.

Louise Poirier offrira d'ailleurs un slam de son cru en guise d'introduction à l'exposition, samedi après-midi.

FemmExpo 2016: horaire du samedi 5 mars

15h: marche en appui aux droits des femmes (départ du Musée des Pionniers à Saint-André-Avellin), en compagnie de l'auteure, poète et slameuse montebelloise Louise Poirier

15h30: oeuvre participative de marquage au fer sur feu de bois, sous la direction de l'artiste Mélodie Coutou

16h à 18h: vernissage de l'exposition au Centre d'action culturelle

18h30: souper animé à La Toquade (réservations au 819-516-0555)

Renseignements: 819-983‑2027 ou centreculturel@videotron.ca

Chipies de mars

Voici quelques activités culturelles organisées dans la région d'Ottawa-Gatineau pour la Journée de la femme, le 8 mars.

  • Éternelles Chipies, Claire Duguay, Louise Poirier et sa soeur Claire Poirier, offriront leur traditionnel spectacle du 8 mars alliant humour, chant et slam. Les Chipies sont à bout sera présenté à 18h, dans le cadre du Festival des Arts de la Scène Val-Gatinois, organisé du 5 au 12 mars à Lac-Sainte-Marie.
  • Les Chipies donneront aussi un spectacle gratuit à 11h30 à l'UQO (pavillon Alexandre-Taché 283). Thé, café, tisane et viennoiseries seront servis. Le public est invité à apporter son dîner, histoire de poursuivre la réflexion sur le quotidien des femmes.
  • Le 9 mars, à 19h30, le film Six Miles Deep sera projeté au Troquet. L'entrée est libre. Ce court métrage documentaire de l'ONF traite de la résistance des femmes amérindiennes et des barricades érigées par des Iroquoises, le 28 février 2006, à Caledonia, en Ontario, pour protester contre la construction d'une route empiétant sur leurs terres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer