L'identité métisse à demi-révélée

L'exposition Un peuple dans l'ombre, portant sur la... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

L'exposition Un peuple dans l'ombre, portant sur la nation métisse, est présentée dans le hall de Bibliothèque et Archives Canada.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La nation métisse n'a jamais bénéficié d'une véritable reconnaissance: peut-être parce qu'issue de deux cultures, celle des Premières Nations et celle des Européens, elle a peiné à s'imposer en tant qu'entité indépendante.

L'exposition Un peuple dans l'ombre: à la découverte de la Nation métisse, à l'affiche jusqu'au 22 avril, tente de mettre en lumière cette part d'ombre par le biais de photographies et d'oeuvres d'art tirées de la collection de Bibliothèque et Archives Canada (BAC). L'initiative est une collaboration entre BAC, le Ralliement national des Métis et la Fédération Métisse du Manitoba. 

Premier constat: la définition d'un Métis, qui tient à peine sur trois paragraphes, aurait mérité de plus amples explications que celles livrées en début d'exposition, sans chronologie du statut ni précisions généalogiques. 

Cette carence reflète l'un des obstacles rencontrés par les commissaires à plusieurs reprises: le problème d'identification. En effet, identifier les individus métis dans les archives n'a pas été chose aisée. Souvent mal décrits ou carrément ignorés des anciennes descriptions rattachées aux documents d'époque, ces citoyens ne sont pas faciles à reconnaître. Et dans certains cas, ils furent tout bonnement ignorés de la légende ou décrits à tort comme membres d'une autre culture. 

L'identification s'est donc surtout établie à partir des titres originaux des oeuvres, des noms des lieux où les Métis s'établirent ainsi que des vêtements traditionnels (tel ce manteau de laine ceinturé d'une écharpe). Sans compter les nombreuses suppositions d'attribution parfois laissées à la discrétion du visiteur.

Reste le folklore, photogénique certes, mais bien trop mince pour saisir l'identité d'une nation. 

«Les Métis étaient des semi-nomades qui valorisaient les biens leur permettant de voyager, comme les chevaux, les charrettes, les bateaux et les fusils», apprend-on en début d'exposition. La suite l'illustre à merveille: carte postale d'un Canada faisant le commerce des fourrures, labourant les champs ou traversant de grandes étendues enneigées en traîneau... la présentation peine à mettre en lumière ces personnages oubliés de l'histoire. 

On reconnaîtra toutefois à cette exposition le mérite de souligner combien ce peuple aussi appelé à une époque «sang-mêlé» ou «demi-caste» fut ostracisé et victime de préjugés colonialistes. Si le BAC possède toute une gamme de ressources sur la Nation métisse, documents textuels, photographies, cartes, timbres, enregistrements sonores, on ne demande qu'à les voir! À quand une exposition plus complète pour mieux comprendre l'histoire et la culture de cette nation pas complètement sortie de l'ombre?

Pour y aller

Quand? Jusqu'au 22 avril

Où? Dans le hall de Bibliothèque et Archives Canada

Renseignements: 613-996-5115

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer