Coup d'oeil sur les paysagistes afro-américains

L'exposition de The Florida Highwaymen est présentée à... (Courtoisie)

Agrandir

L'exposition de The Florida Highwaymen est présentée à la Galerie SAW d'Ottawa dès le 5 février.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Galerie SAW d'Ottawa accueillera du 5 au 29 février une exposition sur le collectif d'artistes afro-américains The Florida Highwaymen.

Formé dans les années 1950 en Floride, The Florida Highwaymen se composait de vingt-six peintres paysagistes qui, n'ayant pas accès aux galeries privées à cause de la ségrégation raciale, devaient vendre leurs toiles au porte-à-porte ou à partir de leurs voitures, sur les routes de l'est de la Floride.

Les Highwaymen peignaient à l'huile directement sur des panneaux de fibres et réalisaient leurs paysages très rapidement, et vendaient souvent leurs tableaux avant même qu'ils n'aient le temps de sécher.

Le propriétaire de la galerie en ligne La Petite Mort (LPM), Guy Bérubé, est le commissaire de cette exposition composée de trente oeuvres des Florida Hiwaymen prêtées par un collectionneur d'Ottawa, Tony Hayton. S'y greffent des oeuvres commandées à Tyler Reekie et Peter Shmelzer, d'Ottawa, et Pierre Lachance, de Montréal.

Organisée par l'Ambassade des États-Unis au Canada, l'exposition collective souligne la singularité de leur approche artistique et commerciale du collectif, et le contexte social-politique qui a favorisé sa création.

La production totale du groupe est estimée entre 250 000 et 400 000 peintures, sur une période de 60 ans.

Le conservateur Adam Barbu, proche collaborateur de LPM, estime que certaines comparaisons peuvent être dressées entre les Highwaymen et les peintres paysagistes de la Hudson River School, ou encore ceux du Groupe des Sept.

Toutefois, «si le pastoralisme romantique de la Hudson River School et du Groupe des Sept efface toute trace d'activité humaine, mystifie le travail et occulte la politique de la culture colonisatrice, l'art des Highwaymen [...] contient une contre-force matérialiste qui, de l'intérieur, ébranle ou contredit l'idéal pastoral classique», analyse M. Barbu.

«Dans l'oeuvre des Highwaymen, l'inséparabilité du sujet du tableau et de la pauvreté des matériaux utilisés pour l'exécuter problématise l'idée d'une existence tranquille, facile, de l'homme avec son environnement.

La matérialité brute de l'objet dénote la réalité économique difficile qui sous-tend l'image pittoresque à la surface», poursuit-il, évoquant un corpus d'oeuvres situé «à la croisée de l'innovation, de l'entrepreneuriat [et] de la résilience politique et personnelle».

Le Vernissage de cette exposition aura lieu vendredi 5 février, de 20 h à minuit, avec le DJ Chris Jabbour aux platines.

Le long-métrage The Florida Highwaymen, signé Billy Yeager (2003) sera quant à lui projeté (en anglais) jeudi 18 février à 20 h. L'entrée à l'exposition et aux événements est libre.

www.lapetitemortgallery.com/february-2016 ou www.floridahighwaymen.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer