Captivants Dialogues de l'oeil

Raphael II, signée Michel Martineau, est l'une des...

Agrandir

Raphael II, signée Michel Martineau, est l'une des 26 oeuvres exposées à la galerie Montcalm jusqu'au début octobre.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dialogues de l'oeil représente une occasion unique de découvrir une petite partie de la collection permanente de la Ville de Gatineau. Vingt-six oeuvres, sur les quelque 3500 que compte ladite collection, sont exposées à la galerie Montcalm jusqu'au 4 octobre. Regard sur un projet visant à faire voir d'un autre oeil quelques-uns de ces trésors autrement cachés.

Un détail de l'oeuvre Rue Kent, Hull (Stanley... (Patrick Woodbury, LeDroit) - image 1.0

Agrandir

Un détail de l'oeuvre Rue Kent, Hull (Stanley Walsh).

Patrick Woodbury, LeDroit

Les artistes visuels contemporains de la région, tels Rita Rodrigue ou John F. Marock, côtoient les Marc-Aurèle Fortin, Jean-Paul Riopelle et autres figures importantes de l'histoire de l'art du Québec. Ils y avoisinent également les textes d'auteurs d'ici et d'ailleurs, de Marie Hélène Poitras à Nicole Balvay-Haillot, d'Edem Awumey à Jean Perron.

Car Dialogues de l'oeil porte bien son nom. En plus d'une exposition, le projet prendra aussi la forme d'un beau livre de la maison d'édition outaouaise Neige-galerie, qui sera pour sa part officiellement lancé le 10 septembre.

Judicieuse sélection

À la base de cette initiative? Démocratiser l'impressionnante collection gatinoise - dont à peine 30 % est accessible au regard des gens sur les murs de la Maison du citoyen - en faisant rayonner une sélection de tableaux, lithographies, eaux-fortes, etc. Et leur donner ainsi la chance d'entrer en dialogue non seulement avec les visiteurs de la galerie, mais aussi avec des écrivains d'horizons aussi variés, qui leur ouvrent de toutes nouvelles dimensions.

«Au départ, j'ai sélectionné pour le livre 150 pièces représentatives de notre collection, dans un spectre le plus large possible afin de mettre de l'avant les artistes d'ici et ceux de renom, mais aussi des oeuvres plus contemporaines et d'autres ayant assurément marqué l'histoire de l'art», mentionne Valérie Camden, responsable de la collection de la Ville.

Du lot, 27 ont été retenues par la directrice du projet littéraire pour Neige-galerie, Valérie Mandia. Vingt-six de ces oeuvres sont ces oeuvres sont aujourd'hui accrochées aux murs de la galerie Montcalm. Un tiers d'entre elles sont signées par des artistes de la région.

Toutes sont accompagnées d'un court extrait du texte qu'elles ont inspiré aux auteurs du collectif de Neige-galerie.

Certains mariages coulaient de source. Comme celui entre André St-Georges (qui a souvent peint lui-même les ruelles du Vieux-Hull) et John Stanley Walsh et sa Rue Kent, Hull (1942). C'est également le cas de la femme de théâtre Brigitte Haentjens, jumelée à L'importance de la ligne folle de Marcelle Ferron.

«La ligne folle envahit l'espace, le cisaille/le traverse et m'appelle/au mouvement, au saut dans le vide/À l'art, à la vie», peut-on lire du Subversive de la dramaturge, auteure et directrice du Théâtre français du Centre national des arts.

D'autres s'avèrent d'agréables unions, riches en relectures et interprétations. La Franco-Ontarienne Sonia Lamontagne a laissé fondre son regard dans le tableau de Marcelle Maltais, Péril blanc, avec sa lucidité à la fois poétique et décapante. De son côté, Blaise Ndala a «vu» dans une composition abstraite d'Étienne Gélinas une part d'ombre qu'il n'a pas hésité à exploiter dans Silence, on crève!

Dialogues de l'oeil s'avère également la chance de (re)découvrir les magnifiques tableaux de Fernand Toupin, tout comme l'influence cubiste dans celui de Vladislav Ehlers ou encore les séduisants Fusains dansants de Claire Cloutier, qui ont sans contredit mis le feu à l'imaginaire du poète José Claer.

Une expo «intelligente»

Fait rare à la galerie Montcalm, un audioguide a été concocté pour l'exposition.

«Nous avons fait beaucoup de recherches afin de documenter et ancrer les oeuvres choisies dans leur contexte et la trame de l'histoire de l'art. L'audioguide permettra donc au visiteur de se familiariser avec le parcours des artistes et leur oeuvre, grâce à des capsules d'environ deux minutes», explique Valérie Camden.

De plus, des codes QR «lisibles» par les tablettes et téléphones intelligents du public, ainsi que des mp3 (disponibles en nombre limité) donneront accès à ces informations, narrées par Sasha Dominique et Gilbert Troutet.

Pour y aller

QUAND? Jusqu'au 4 octobre

OÙ? Galerie Montcalm

RENSEIGNEMENTS: 819-595-7488

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer