Jeux de mains, jeux de lumières

Des mains jointes - ridées, manucurées, ouvertes en offrande ou recueillies -... (Photomontage LeDroit)

Agrandir

Photomontage LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des mains jointes - ridées, manucurées, ouvertes en offrande ou recueillies - animent A New Offering sur les cimaises de la galerie Jean-Claude Bergeron. À quelques encablures de là, la maison St-Laurent+Hill brouille les perceptions du visiteur en présentant le travail lumineux de Kenneth Emig: de l'art abstrait monté sur DEL, flirtant sans complexe avec le psychédélisme.

À elles deux, ces expositions démontrent bien la diversité proposée à l'amateur d'art visuel à Ottawa cet été. Tour guidé dans le quartier du marché By.

Mains méticuleuses

Artiste multidisciplinaire, Jerry Grey avait déjà exposé une série de portraits, des lèvres en gros plan, il y a dix ans exactement, pour répondre à un appel d'offres du Festival des tulipes. La peintre avait compris «Two Lips» et fit sensation cette année-là. Dix ans plus tard, elle prolonge son exploration picturale du corps par fragments, se penchant désormais sur les mains. «Comme un portrait, elles sont expressives, colorées et racontent une histoire... au spectateur de la trouver», écrit-elle en note d'intention.

Dans ses remerciements apparaissent ses modèles, des voisins de quartier, artisans, artistes aussi, qui lui ont prêté main forte, pour ainsi dire. Il y a A. J. Horton, bijoutier bien installé - longues mains fines et manches retroussées - mais aussi Cornelia Hahn Oberlander, architecte paysagiste dont la callosité de l'épiderme laisse imaginer une carrière bien remplie.

L'accrochage des toiles - «pas évident», admet M. Bergeron - joue des inversions entre les sujets peints, du mouvement prolongé d'un jeu de mains à l'autre. L'artiste manie méticuleusement le chromatisme et les effets de lumière: les cals et les plis de la peau sont marqués avec autant d'accent que les articulations. La transparence cutanée ou l'éclat d'un diamant laissent deviner un pinceau chevronné.

«Jerry Grey consacre essentiellement son travail aux commandes, explique le galeriste, d'où le laps de temps qui s'est écoulé depuis sa dernière exposition chez nous en 2005.»

On lui doit notamment la fresque murale The Tiles of Time de la station de police d'Ottawa. Plus récemment, une huile sur toile réalisée pour la maison mère des Soeurs de la Charité d'Ottawa laissait apparaître un premier panneau de mains tendues. Vers cette nouvelle série?

La lumière pour matière

Rares sont les galeries d'art où, d'emblée, le visiteur est convié à se rendre aux toilettes pour admirer «le clou de l'exposition».

«L'obscurité offre un cadre plus approprié au travail de Jerry Grey» prévient notre guide Michael, de la galerie St-Laurent+Hill. Dans le petit coin plongé dans le noir, une installation lumineuse fait apparaître des formes géométriques flottant en volume et en creux à proximité d'un miroir. Multiplication de l'effet visuel en circonvolutions sans fin...

Des oeuvres de même acabit sont rassemblées dans l'exposition Solstice, la deuxième que propose Kenneth Emig au numéro 293 de la rue Dalhousie. L'artiste établi à Ottawa s'est fait une spécialité de travailler avec des LED et des surfaces réfléchissantes. Les lumières fonctionnent par familles et redessinent l'espace en se chassant les unes les autres, nous faisant éprouver leur épaisseur. Le plasticien expérimente dans toutes les directions: les espaces de ses installations sont vitrés, obscurcis, totalement reconfigurés afin de recevoir, ici, les rayons de lumière chaleureux d'un Solstice, là, le faisceau d'un néon éblouissant pour Polar night. «Son travail tranche avec ce que nous présentons habituellement à la galerie», résume Michael. Attention, toutefois, à ne pas se cogner au mobile Square of Circles qui accueille le visiteur.

Loin d'être assommant, Solstice s'offre comme un parcours contemplatif, lumineux.

L'artiste poursuit ses recherches dans les domaines de la lumière, de la confrontation à la nature et de l'exploration sensorielle en travaillant pour la Ville d'Ottawa sur un projet de pont reliant le quartier Côte-de-Sable au parc Strathcona.

Pour y aller

OÙ? Galerie Jean-Claude Bergeron

QUAND? Jusqu'au 12 juillet

RENSEIGNEMENTS: 613-562-7836, galeriejeanclaudebergeron.ca

--

OÙ? Galerie St-Laurent + Hill

QUAND? Jusqu'au 2 juillet

RENSEIGNEMENTS: 613-789-7145, galeriestlaurentplushill.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer