Josée Dubeau et la magie du gypse

L'installation Poussières, de Josée Dubeau, au Centre d'exposition... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

L'installation Poussières, de Josée Dubeau, au Centre d'exposition L'Imagier

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après avoir visité l'installation Poussières de Josée Dubeau au Centre d'exposition L'Imagier, vous ne pourrez plus jamais voir vos murs de gypse de la même façon.

Dans le cadre de sa résidence in situ à L'Imagier, l'artiste avait carte blanche pour explorer les thèmes de son choix.

Elle s'est donc interrogée sur le temps, guidée par Grand Verre de Marcel Duchamp, une oeuvre composée notamment de poussières, en plus de s'intéresser au concept de l'espace.

Le travail qu'elle présente découle d'une série d'expérimentations sur la poussière, des pigments plus précisément, dans le but de matérialiser l'immatériel, de capter quelque chose d'invisible, de saisir l'air qui occupe l'espace. Pour Josée Dubeau, «ces expérimentations se situent à la frontière de la gravure et du dessin».

Avec l'aide - et les bras - de l'équipe de L'Imagier, elle a aménagé une petite piscine intérieure de trois pouces de profondeur où elle a déposé des pigments, lesquels flottent et bougent au gré du mouvement de l'eau.

Afin de prendre une empreinte de cette mosaïque de couleurs, elle trempe d'immenses panneaux de gypse à la surface de l'eau. Ce matériau étant très poreux, la manipulation s'avère des plus périlleuses: il suffit de quelques secondes de trop pour que la feuille se brise.

Le résultat s'avère fascinant. On ne trouve aucune coulisse sur la «toile», qu'une multitude de points, de taches et d'espaces dont la composition - fruit du hasard - ressemble étrangement à des cartes géographiques.

Il serait intéressant de voir l'artiste poursuivre cette démarche, les matériaux utilisés lui offrant des possibilités infinies quant à la composition et l'interprétation des oeuvres.

Titulaire d'une maîtrise de l'Université du Québec à Montréal, l'artiste a réalisé plusieurs projets d'intégration des arts à l'architecture au Québec, dont celui de l'Hôpital de Gatineau en 2012. On retrouve également ses dessins dans plusieurs collections publiques et privées de partout au monde.

Pour y aller

QUAND? Jusqu'au 17 mai

OÙ? Centre d'exposition L'Imagier

RENSEIGNEMENTS: 819-684-1445; info@limagier.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer