Une exposition - collection

L'exposition présente 24 oeuvres.... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

L'exposition présente 24 oeuvres.

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Colette Whiten, Michael Snow, Sandra Brady, Carl Beam se côtoient sous les lauriers du Gouverneur général: la nouvelle salle Âjagemô, sise au rez-de-chaussée du Conseil des arts du Canada, accueille pour sa deuxième exposition une sélection des oeuvres des médaillés des Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques.

La commissaire Carol Wainio, également récompensée de ce prix l'an dernier, a choisi de mettre en lumière les pièces qui évoquent plus particulièrement l'acte de collectionner. «Le collectionnement ou l'acte de collectionner confère à des objets une tout autre valeur que leur valeur en argent. Il s'agit d'un acte qui nous demande de réfléchir à ceux-ci», peut-on lire dans le feuillet introductif de l'exposition Collection de nos pensées.

Officiellement, cette présentation tend à donner un aperçu de l'excellence nationale en art contemporain à travers 24 oeuvres - sculptures, peintures, installations et sérigraphies - de Canadiens, soit un petit échantillon de la centaine d'artistes récompensés depuis la création de ce prix il y a 15 ans. Officieusement, elle sert de vitrine à la Banque d'art du Canada, qui offre aussi un programme de location de ses oeuvres à travers le Canada.

«Une des pièces de l'exposition a d'ailleurs été louée à l'un des locataires de notre édifice», se réjouit Victoria Henry, directrice de la Banque d'oeuvres d'art. Son mandat premier consiste à faire rayonner et rendre accessible le fonds de quelque 17000 pièces au grand public: cela passe par des expositions gratuites - comme celle présentée à la salle Âjagemô, mais aussi par la consultation d'un nouveau catalogue de la collection mis en ligne il y a deux mois.

Une programmation riche et diversifiée

On découvrira l'exposition en suivant ses recommandations: sans esquiver la sculpture moulée grandeur nature de Colette Whiten, où le thème attendu se fait plus énigmatique. La directrice vient à la rescousse: «la collection peut aussi être entendue comme la mémorisation d'un visage; nous gardons, en effet, ces images en mémoire. C'est une forme de collecte pour la postérité.» Difficile d'oublier ce moule étrange d'un visage d'homme dont la dimension change radicalement en fonction du point de vue du visiteur.

D'autres oeuvres s'inscrivent de façon plus évidente dans le thème principal: celle de Iain Baxter et de ses 6 paint brushes, présentation conceptuelle qui élève la valeur d'objets du quotidien (ici des pinceaux) au rang d'artefacts dignes d'intérêt pour faire partie d'une collection. Ou encore ces trois chaussures dessinées par Gathie Falk, autre approche de la «vénération de l'ordinaire» selon sa propre description.

Un pan de l'exposition regroupe les artistes collectionneurs mélomanes, Murray Favro et sa guitare en cuivre, Raymond Gervais et sa platine vinyle sur laquelle plane une menaçante tornade. Un autre espace rassemble les photographes inspirés par les abeilles, Michael Snow pour Bees beehaving on blue, cortège funéraire d'abeilles retrouvées mortes, mais aussi Columbus and Bees de Carl Beam, juxtaposition de photos d'archives historiques et scientifiques.

À ne pas rater non plus, l'étonnante série photographique de Robert Fones: elle rend compte d'un type de collection toute domestique. Sa Table ronde (1972) présente une série de clichés sur l'assemblage aléatoire d'objets qui peuvent s'accumuler sur une table au quotidien: papiers, assiette, livres... de l'art contemporain facilement évocateur.

Vous voulez y aller ?

OÙ? Conseil des arts du Canada

QUAND? Jusqu'au 14 avril

RENSEIGNEMENTS? 613-566-4414; conseildesarts.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer