Un Mathémagicien aux frontières du réel

Exposition sur M.C. Escher au MBAC... (Photo courtoisie du Musée des beaux-arts du Canada)

Agrandir

Exposition sur M.C. Escher au MBAC

Photo courtoisie du Musée des beaux-arts du Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ces oeuvres ne font pas que refléter la réalité avec fantaisie, elles ont inspiré nombre de créateurs qui jouent à déformer la perception de la réalité. L'exposition M.C. Escher : Le Mathémagicien fait découvrir le travail de ce graveur hollandais (1898-1972), formé en architecture et en arts décoratifs, puis parti en quête de structures impossibles à géométrie variable. Ses dessins ont peuplé les manuels scolaires de mathématiques, investi les cabinets d'analystes... Ils s'affichent désormais au Musée des beaux-arts jusqu'au 3 mai.

« On a souvent qualifié son travail comme étant cérébral; Escher était un artiste très introspectif, à contre-courant de ce qui se créait à l'époque. Picasso s'intéressait à l'abstraction des formes reconnaissables, à l'inverse Escher utilisait des idées abstraites à imager », introduit la commissaire de l'exposition Sonia Del Re, conservatrice associée, Dessins et estampes européens, américains et asiatiques au MBAC.

Maître de l'illusion

La passion du graveur pour la régularité des structures mathématiques, ses travaux sur les relations formelles de la continuité et de l'infini font de lui... quoi donc au juste ? Escher n'était pas mathématicien; il a d'ailleurs échoué à son examen de fin d'études secondaires à cause des mathématiques, mais il cherchera plus tard à transposer les représentations visuelles de l'infini. Notamment dans Limite Circulaire III et Limite Circulaire IV (Ciel et enfer) où il reflète visuellement les possibilités illimitées de la multiplication et de la division.

Magicien de l'illusion d'optique ? M.C. Escher théorise en images, bouleverse les fondements de l'esthétique, repousse les limites du représentable. Le poétique mot-valise du titre de l'exposition le définit bien : « mathémagicien ».

On reste happé par les étranges univers qu'il invente, des plus traditionnels paysages italiens (et corses) aux gravures peuplées d'escaliers sans issue (Relativité), de contrées sens dessus dessous où la gravité n'a aucune prise. Avec l'habileté d'un maître artisan, il affole méthodiquement les lois de la perspective, donne à voir l'impossible.

Ses espaces inimaginables dans le monde « réel » sont devenus de grandes sources d'inspiration pour la science-fiction. Aujourd'hui encore, son influence perdure. « Le cinéaste Christopher Nolan fait explicitement référence à Escher dans son film Inception », note Sonia Del Re. Et l'on pense aussi au plus récent Interstellaire du même réalisateur, où Matthew McConaughey reste coincé dans un monde parallèle tourbillonnant entre la vie et la mort, le présent et le futur... Encore du Escher tout filmé !

Si les mathématiciens et les hippies ont popularisé son oeuvre dans les années 1960, les uns retrouvant leurs théories dans la structure de ses estampes, les autres séduits par leur effet hypnotique, M.C. Escher a préféré poursuivre son aventure en solitaire, se souciant peu de la gloire.

Quand Mick Jagger lui demande l'autorisation d'utiliser l'une de ses gravures pour la pochette d'un album, le gratifiant d'un « Maurits Cornelis », cette marque de familiarité ne revient guère à l'artiste.

« Contrairement à Andy Warhol et bien d'autres, il ne cherchait pas la reconnaissance internationale. Ce n'était pas par snobisme, mais plutôt par traditionalisme. »

Sa popularité s'est affirmée de son vivant à la suite d'expositions rétrospectives où il pouvait montrer son étourdissant savoir. Durant sa carrière, qui s'étendra de 1919 à 1969, il créera quelque 450 estampes, sans compter ses croquis et esquisses. Le Musée en détient plus de la moitié, à la suite de dons successifs permis grâce à son fils George Escher, immigré au Canada en 1958. Une cinquantaine sont exposées, qui livre un aperçu vertigineux de son travail.

POUR Y ALLER

OÙ ? Musée des beaux-arts du Canada

QUAND ? Jusqu'au 3 mai

RENSEIGNEMENTS ? 613-990-1985 ; beaux-arts.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer