Créer sous un nouvel éclairage

En créant à la résidence Saint-Louis, Marc Walter... (Courtoisie)

Agrandir

En créant à la résidence Saint-Louis, Marc Walter a dû faire face à de nouveaux défis, dont «adapter le projet à la réalité des participants».

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Plutôt habitué à créer ses oeuvres organiques de land art en milieu naturel, Marc Walter travaille en ce moment à concevoir une sculpture à la résidence Saint-Louis d'Orléans, de concert avec les aînés qui vivent dans ce centre associé à Soins continus Bruyère. Le tout nouveau programme Place d'art, mis de l'avant par le Conseil des arts AOE, vise justement à «sortir les artistes de leur studio ou environnement traditionnel pour leur donner l'occasion de créer une oeuvre avec des clientèles différentes», explique la coordonnatrice des communications et du développement de l'organisme, Alexandra Campeau.

Six créateurs ou groupes (incluant les artistes textiles Christine Mockett et Karina Bergmans, ainsi que les conteurs des StoryTellers d'Ottawa, entre autres) ont ainsi été sélectionnés par le Conseil des arts AOE pour prendre part à cette première édition du programme d'artistes en résidence à caractère social. Jumelés à des organismes sans but lucratif, tels Soins continus Bruyère et le Zonta Club of Ottawa (qui milite pour l'avancement des femmes), ces derniers doivent mener un projet de création collective de cinq à huit semaines. Chaque OSBL impliqué doit, de son côté, offrir l'espace nécessaire pour la tenue des ateliers gratuits.

«Le défi est d'adapter le projet à la réalité des gens qui y participent et en lien aussi avec le lieu où nous avons à le mettre en place. Des oeuvres extérieures comme les miennes, ça veut dire tenir compte de la sécurité de la clientèle de la résidence Saint-Louis, par exemple», raconte Marc Walter, qui a déjà entamé l'érection de sa sculpture paysagère, à Orléans.

«Et puis, entrer ainsi en interaction avec des personnes âgées en difficulté physiques, mais qui demeurent des mémoires bien vivantes, me confronte à ma propre réalité d'homme vieillissant», enchaîne le récipiendaire du Prix du jury Télé-Québec aux plus récentes Culturiades.

En partie financé par la Fondation Trillium de l'Ontario, Place d'art s'étalera sur une période de trois ans. «Maintenant que le programme est en place, nous espérons attirer de nouveaux donateurs et commanditaires pour en assurer la viabilité à long terme», conclut Alexandra Campeau, du Conseil des arts AOE.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer