Entendre les voix du Vodou

  • Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 1 / 9
  • Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 2 / 9
  • Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 3 / 9
  • Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 4 / 9
  • Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 5 / 9
  • Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 6 / 9
  • Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 7 / 9
  • Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 8 / 9
  • Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Plein écran

    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014.

    Patrick Woodbury, LeDroit

  • 9 / 9

Partager

En permettant à ceux qui pratiquent les rites vaudous d'expliquer leur démarche et leur sensibilité, l'exposition Vodou, présentée au Musée canadien des civilisations (MCC) à partir d'aujourd'hui et jusqu'au 23 février 2014, commence par déboulonner un certain nombre de mythes et d'idée reçues autour du culte et de la culture vaudous. Et notamment les clichés véhiculés depuis des lustres par des sociétés occidentales pressées de justifier leur colonialisme, dont les plus courantes sont les fameuses poupées, qui n'ont jamais été piquées d'épingles (ce sont en réalité d'innocentes porteuses de messages à destination des morts), ou la représentation caricaturale des zombis.

Montée par trois conservateurs - Mauro Peressini, du MCC, et deux éminents professeurs haïtiens, Didier Dominique et Rachel Beauvoir-Dominique, elle-même manbo (prêtresse vodou) - l'exposition se penche plus précisément sur la tradition haïtienne.

> Notre galerie de photos de l'exposition

Autels, tambours, chenilles de pierre, bustes de guerrier «marron», crânes, miroirs et croix, qui sont des «carrefours» fondamentaux entre vivants et défunts, sans oublier les représentations des très nombreux lwa, ces esprits puissants et mystérieux dont l'énergie plane sur l'île: le visiteur découvrira quelque 300 précieux artefacts issus de la vaste collection, mondialement réputée, de l'Haïtienne d'origine suisse Marianne Lehmann, que complètent des documents vidéos, témoignages de «vodouisants» (terme retenu pour désigner ceux qui en pratique les rites), ainsi que de gigantesques photographies et des vèvès, ces dessins symboliques sacrés tracés au sol, faits de poudre de farine, de brique, de cendre ou de marc de café.

En sourdine, les rythmiques envoûtantes de percussions accompagnent le visiteur. Elles viennent d'une cérémonie filmée à Montréal cette année, dont les images roulent en boucle un peu plus loin.

Les pièces s'offrent ici à l'oeil, et presqu'au toucher, car peu d'entre elles sont protégées sous vitre. Elles sont au contraire disséminées au milieu d'espaces ouverts mais hérissés de baguettes de bois, de hauteur et d'inclinaisons variées. Ce qu'on a d'abord pris pour des épingles vodous sont en fait «des étendues d'herbes sauvages parmi lesquelles vivent les lwa», explique Mauro Peressini. «L'exposition cherche à donner une voix aux 'vodouisants'; or, pour eux, ce sont des objets de la vie quotidienne, dont ils s'entourent» par exprès. Si cette prairie constitue bien un stratagème scénographique pour inciter le visiteur à s'imposer «la distance et le respect» que méritent ces objets de culte, note-til, «cela n'avait aucun sens de les mettre sous vitrine, car cela contredisait leur vocation même», ce qu'ils représentent, et ce à quoi ils servent.

L'exposition est découpée en quatre grandes thématiques: Le vodou et l'histoire: dominations et résistances ; Communiquer avec les esprits ; Soigner et protéger : le travail des lwa et, enfin, Le vodou et les sociétés secrètes. Cette dernière partie fait l'objet d'un avertissement, notamment parce qu'elle représente des hommes enchaînés. Ici, en secret, l'on administre la justice façon vodou; à l'approche spirituelle se substitue un peu la magi - qui exige des résultats immédiats.

L'ensemble est présenté sous une lumière tamisée qui contribue non pas à nourrir l'ambiance de mystère, mais à renforcer l'impression du secret séculaire partagé, en plus d'imposer un certain respect pour les représentations spirituelles que sont ces lwa aux noms créoles évocateurs, tel Loko le vent éternel, Lasirèn, Danbala le serpent, Erzulie Dantor la Madonne noire, Ogou Feraille ou Wa Lisifè (Roi Lucifer, qui n'a rien à voir avec le Satan biblique).

Nées en secret durant l'esclavagisme, les pratiques vaudous ont même survécu, en s'y adaptant, au christianisme... et parfois même à ses propres dirigeants politiques.

Au nom de la modernité, certains d'entre-eux, découvre-t-on, ont continué d'en diaboliser les rites par des campagnes antisuperstitions, cautionnant ainsi les répressions policières. «Les persécutions à Haïti perdurent encore aujourd'hui», souligne M. Peressini, évoquant le lynchage de prêtres vodous accusés d'être à l'origine d'une épidémie de choléra en 2010. Ce n'est d'ailleurs qu'en 2003 que la spiritualités vodou a été reconnue, par le président Aristide, comme l'une des religions officielles de l'île.

Le vodou est une affaire de spiritualité et de traditions ancestrales, bien plus que de magi, ou de sorcellerie, apprendra le profane. Toujours fortement ancrées dans les gestes les plus simples de la vie quotidienne, les pratique vaudous mettent en relation les humains, la faune, la flore et les esprits. Souvent, dans un souci d'équilibre des choses, toutes inter-reliées entre elles, et de rééquilibrage des énergies. D'où les notions de circulation, de lien, de «communication» et de guérison (en tant que transformation) - qu'elle soit physique, psychologique, sociale ou familiale - qui exsudent des pièces.

Deux des trois conservateurs de Vodou offrent une visite guidée exceptionnelle, en français, aujourd'hui, à 17h (17h15 en anglais). Elle sera suivie d'une présentation.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer
  • Entendre les voix du Vodou
    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Patrick Woodbury, LeDroit

    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014.

  • Entendre les voix du Vodou
    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Patrick Woodbury, LeDroit

    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014.

  • Entendre les voix du Vodou
    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Patrick Woodbury, LeDroit

    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014.

  • Entendre les voix du Vodou
    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Patrick Woodbury, LeDroit

    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014.

  • Entendre les voix du Vodou
    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Patrick Woodbury, LeDroit

    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014.

  • Entendre les voix du Vodou
    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Patrick Woodbury, LeDroit

    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014.

  • Entendre les voix du Vodou
    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Patrick Woodbury, LeDroit

    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014.

  • Entendre les voix du Vodou
    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Patrick Woodbury, LeDroit

    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014.

  • Entendre les voix du Vodou
    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014. (Patrick Woodbury, LeDroit)

    Patrick Woodbury, LeDroit

    Dans le culte du vodou, les miroirs sont associés au monde des esprits, appelés les lwa. L’exposition est présentée au Musée canadien des civilisations jusqu’en février 2014.