Louis-José fait mouche

Louis Jose Houde a encore une fois frappé... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Louis Jose Houde a encore une fois frappé fort, jeudi soir, à la Maison de la culture de Gatineau.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Byline Isabelle BriseboisLe Droit AffairesPATRICK WOODBURY, LeDroit
Isabelle Brisebois

Collaboration spéciale

Le Droit

CRITIQUE / Paf. Dans le vif du sujet, comme ça, il y est déjà. Louis-José Houde n'avait prononcé qu'une seule phrase que dès lors on anticipait les crampes de joue, un trop-plein d'éclats de rire oblige. Celui qui rode son spectacle Préfère novembre à la Maison de la culture de Gatineau depuis le 27 juin a fait mouche encore une fois, comme à toutes les fois où il s'empare d'un micro.

Pour l'humoriste, novembre est le mois parfait pour réfléchir, regarder dans le vide et affronter ses peurs, ses joies, la vie et tout le tralala. À le voir et à l'entendre traiter avec autant de doigté de sujets tantôt légers, tantôt graves, de la vie de chalet aux abus, en passant par les fosses septiques, les lignes téléphoniques « dures », les restaurants de tapas (« ze » concept par excellence), l'homophobie, le racisme, l'eau potable, l'argent ou, encore, la monoparentale (attachez votre tuque, il va vous achever), on en conclut que cette période automnale lui a été - ô combien - inspirante.  

Témoin averti et avisé du quotidien, Louis-José Houde décortique nos tendres travers avec grande acuité mais, surtout, avec beaucoup d'affection. Ici, pas de petites morales à cinq cents, pas de grossièretés, pas de blagues insipides. Que du vrai qui nous habite tous, qu'il nous renvoie au visage à folle allure, avec ce sens inégalé du timing qu'on lui connaît.

Durant la soirée, notre cerveau tentera de s'accrocher à une blague, de la savourer, de se la répéter, de s'en souvenir pour pouvoir la raconter demain autour de la machine à café. Sans oublier ses impayables imitations de l'homo sapiens qui nous font miroir, qui nous rappellent un voisin ou un proche quelconque. Pendant ce temps-là, lui, il caracole déjà loin devant, enchaînant réplique après réplique. À trop s'esclaffer, quelques blagues nous échapperont. Pas grave, on reprendra son souffle, on se fera enfin son massage facial et puis on se remettra en mode fusion avec lui. Beau, aussi, à regarder du fond de la salle, cette chorégraphie d'épaules qui sursautaient sans cesse au rythme des nombreux fous rires. Nul besoin de vous dire que Préfère novembre s'est terminé avec une ovation bien sentie et amplement méritée.

Depuis belle lurette, le spectacle affiche complet jusqu'à samedi, mais on peut toutefois se procurer des billets pour les représentations supplémentaires qui ont lieu les 2 et 3 mars 2018. Faites-vous plaisir. Et faites vite !

Simon Gouache

Diplômé de l'École nationale de l'humour en 2007 et lauréat du prix « révélation Juste pour rire » en 2014, Simon Gouache nous a offert les 15 premières minutes de la soirée. Louis-José Houde ne lui est pas inconnu, il l'a aussi accompagné lors de sa tournée du spectacle Les heures verticales. On lui doit aussi des textes pour des émissions comme Prière de ne pas envoyer de fleurs sur les ondes de Radio-Canada et des Galas Juste pour rire, pour ne nommer que ceux-là.

En très peu de temps, l'humoriste a réussi à séduire la foule, notamment en admettant son incapacité à gérer des activités qui ont trop d'étapes, voire deux. Oubliez le compostage ou le renouvellement de passeport, c'est beaucoup trop compliqué. Les filles trop dynamiques qui ont des listes interminables de choses à faire (genre « on va-tu aux pommes aujourd'hui ? »), les Olympiques, les voyages en Inde qui nous transforment, les Québécois dans le Sud, la parlure des sommeliers, le crossfit et l'importance d'y aller à son rythme sont autant de thèmes qu'il a explorés trop rapidement. On aurait souhaité qu'il nous accorde un peu plus de temps, question de faire plus amplement connaissance.  

POUR Y ALLER :

Quand : Jusqu'au samedi 8 juillet, 20 h

Où : Maison de la culture de Gatineau

Renseignements : 819-243-2525 ; salleodyssee.ca




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer