Des contes citoyens campés au coeur du marché By

Son récit retrace leur première expérience haïtienne à... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Son récit retrace leur première expérience haïtienne à l'occasion d'une mutation professionnelle.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Raconte-moi une histoire... Voilà sommairement résumé le projet Trophée de la compagnie de théâtre STO Union, établie à Wakefield mais exceptionnellement au Marché By ce samedi, de 13 h à 23 h pour une expérience théâtrale communautaire qui ne passera pas inaperçue.

« Dans la nuit de vendredi à samedi, nous installerons 150 tentes dans la rue George », présente l'une des cofondatrices du projet, Allison O'Connor. Le concept ? Dans chacune des structures pouvant accueillir un ou deux spectateurs, un conteur partagera en tête-à-tête un moment de sa vie où tout a basculé. 

On pourra y croiser Diane Laflamme-Millette, conteuse intarissable qui a répondu à l'appel lancé sur les ondes de Radio-Canada, un jour tout juste avant la date butoir. « J'avais plusieurs histoires à soumettre, j'ai beaucoup voyagé », raconte l'Ottavienne d'adoption depuis que son époux, ingénieur hydraulique en mission dans le monde entier, est revenu aux sources canadiennes.

Son récit retrace leur première expérience haïtienne à l'occasion d'une mutation professionnelle. 

« Il s'agissait d'un poste à court terme et nous avons vécu sur place un événement grave qui a tout bouleversé. » 

La conteuse prend un malin plaisir à faire tenir le suspens, à retarder le dévoilement que l'on attend avec impatience, le tout ficelé en deux ou quatre minutes, top chrono.

« Pas facile de respecter le format court du conte », reconnaît celle qui a suivi une formation expresse auprès de la comédienne Caroline Yergeau, tout comme les huit autres participants francophones.

Prendre la parole en public, gérer son débit, ponctuer certaines phrases, être à l'aise... Il leur faudra surtout être rapides : les spectateurs se relaieront sous leur tente et plus d'une centaine de conteurs ont été recrutés pour animer cette «ville éphémère» habitée de récits divers. 

La visite est gratuite et s'effectue seul au gré des déambulations ou accompagné d'un guide formé pour mettre en contexte ce projet présenté dans le cadre des célébrations d'Ottawa 2017 et de Scène Canada.

Produit par la STO Union, compagnie récemment mise sous les feux des projecteurs grâce au prestigieux prix Siminovitch remis à sa directrice artistique Nadia Ross, Trophée a déjà connu quatre éditions de moindre ampleur, dont une durant Nuit Blanche (en 2015). 

À la fin de chaque conte, les spectateurs seront invités à retranscrire leurs propres expériences sur des papiers de couleur. Ces contributions décoreront les tentes illuminées à la nuit tombée pour les transformer en photophores de récits multicolores. 

« L'approche scénographique privilégie un environnement intime idéal pour ce type d'échanges, explique Allison O'Connor, co-créatrice et designer du projet. Les structures ont été créées pour que les participants se sentent émotionnellement et physiquement en sécurité, beau temps, mauvais temps. »

Et si, à quelques encablures de là, le Festival franco-ontarien fait résonner ses accords dansants au parc Major's Hill, les mélomanes pourront toujours faire une pause régénératrice sur la rue George, le temps d'une ou deux histoires à savourer... 

POUR Y ALLER

Le 17 juin, de 13 h à 23 h

Marché By (au coin de la rue George et de la promenade Sussex)

thisistrophy.com 




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer