51e Midem: le village mondial de la musique a rendez-vous à Cannes

Historiquement, le Midem était un marché où l'on... (123RF)

Agrandir

Historiquement, le Midem était un marché où l'on vendait des droits de catalogues mais l'explosion du numérique depuis vingt ans a bouleversé la filière, contrainte à une ré-adaptation constante.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

NICE - Le Midem, grand rendez-vous annuel de l'industrie musicale, démarre mardi à Cannes: pendant quatre jours, des labels du monde entier vont courtiser ceux dont dépendent désormais leurs revenus et ceux des artistes, notamment les sites d'écoute en ligne, nombreux pour cette 51e édition.

Historiquement, le Midem était un marché où l'on vendait des droits de catalogues mais l'explosion du numérique depuis vingt ans a bouleversé la filière, contrainte à une ré-adaptation constante.

Novateur hier, le téléchargement (achat en ligne d'une chanson) est déjà obsolète face au streaming (écoute payante de la musique en ligne), devenu en 2016 la première source de recettes numériques.

On parle de 250 millions d'utilisateurs supplémentaires sous trois ans, pour atteindre 935 millions dans le monde. Les professionnels se prennent à rêver d'un "nouvel âge d'or" avec 7,5 milliards de dollars (environ 6,7 milliards d'euros) de recettes attendues en 2020.

"Les modèles économiques changent très rapidement", souligne Alexandre Deniot, directeur du Midem depuis janvier et à pied d'oeuvre pour accueillir les 4.400 représentants de ce marché très concurrentiel venus de 85 pays, parmi lesquels Apple Music, Spotify, Deezer, Amazon, SoundCloud, Napster, ou encore les Chinois Alibaba ou Tencent.

Ce dernier vient de signer un partenariat avec Universal Music et projette de développer une réplique des mythiques studios d'Abbey Road en Chine.

Hormis ces sites, labels et musiciens viennent aussi au Midem pour se vendre aux tourneurs, aux marques, et aux superviseurs musicaux de séries TV, films ou publicités.

Sans être un festival, et resté strictement professionnel avec ses intervenants économiques et juridiques ultra-pointus, le Midem cultive depuis quelques années une ouverture au public, avec des concerts chaque soir sur la plage de l'hôtel Majestic de Cannes.

Le Midem a aussi invité vingt start-ups du monde entier, témoin du foisonnement autour de la création et du marketing musical de demain: impression d'instruments en 3D, écoute immersive de clips à 360°, etc.

Surfant sur le retour en grâce du bon vieux vinyle, une jeune pousse parisienne Diggers Factory propose par exemple de précommander des rééditions de 33 tours. Dès qu'il y a assez d'amateurs, la production est lancée. Sinon, la commande est remboursée.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer