Quand la BD prend l'air du Nord

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Direction le Nunavik en compagnie de l'auteur et dessinateur québécois Michel Hellman. Une excursion rare dans les contrées lointaines du Grand Nord canadien, croquées avec une fascination communicative.

Les pannes d'inspiration et les passages à vide sont parfois salutaires... Michel Hellman en donne l'exemple illustré avec Nunavik, ouvrage né d'une envie soudaine d'aller voir ailleurs. Alors qu'il avait promis à son éditeur une suite au précédent Mile End, planté au coeur de Montréal, le dessinateur peine à trouver des idées. Délaissant compagne et bébé, il décide de réaliser un rêve qui le taraudait depuis longtemps: découvrir le Grand Nord, cette région méconnue des Canadiens, partie intégrante de l'identité nationale. 

Embarquement immédiat avec Air Inuit, puis traversée de lacs, forêts et rivières pendant des heures avant d'arriver dans un aéroport de poche où tout le monde semble se connaître. Son voisin de bord, un habitué du lieu, l'a mis au parfum : les étrangers se rendent généralement au Nunavik pour enseigner, pêcher, chasser ou trouver une femme. 

En retraçant son expérience peu commune de touriste désintéressé dans le Nord, Michel Hellman capte une réalité lointaine pourtant intrinsèque au Canada. Son carnet de voyage graphique fait oeuvre de documentation et de réflexion sur les villes traversées : Kuujjuaq, Kangiqsujuaq, Kangirsuk et Puvirnituq, chacune étant l'objet d'un chapitre captivant. 

La vie ressurgit sur le papier à travers des dessins chargés d'ambiance. Qu'il s'agisse de mettre en valeur l'apparition d'une aurore boréale, la quiétude d'un paysage désertique ou l'immensité de la toundra, le trait de Michel Hellman sait capter des instants de grâce saisis au vol. 

Mais, bien plus, il porte un regard attentif et humain sur ces communautés autochtones isolées. Il nous livre sa vision subjective mais juste de leurs nombreux défis à relever. Le reportage n'est pas loin, le journalisme non plus. 

Malgré l'apparente légèreté technique du dessin, celui-ci livre un récit engagé en abordant, notamment, les failles du système sanitaire, la cherté des produits de première nécessité ou encore les problèmes d'alcoolisme. Il croque personnages et scènes de rues sans folklore de pacotille, symboles d'un Nord chaleureux dont il fut un visiteur inspiré.  

Michel Hellman

Nunavik

Pow Wow, 156 pages

***½




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer