Dans les méandres de la mémoire canadienne

Vimy - Au-delà de la bataille est présentée... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Vimy - Au-delà de la bataille est présentée au Musée canadien de la guerre.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au Musée canadien de la guerre, la commémoration de la bataille de Vimy transforme une exposition anniversaire en exercice périlleux.

Comment rendre un événement historique maintes fois abordé encore intéressant ? Sensibiliser le public à un lointain conflit qui célèbre son centenaire cette année ? En s'adressant avant tout aux émotions, affirme sans détour le directeur du musée Stephen Quick. Ainsi, à propos de l'exposition Vimy - Au-delà de la bataille (jusqu'au 12 novembre), dont la traversée s'effectue à grandes enjambées sans direction précise. Comme dans un jardin japonais, de dalle en dalle. Toutes reposent sur le terreau de la commémoration dont Vimy est le point d'ancrage.

« Nous pensions d'abord nous concentrer sur la bataille de Vimy, explique le directeur, avant de mettre l'emphase sur la mémoire collective. »

Des reconstitutions tombales de soldats morts en Bosnie côtoient des tatouages de militaires retraités, des décorations de guerre ou encore des sculptures officielles en hommage aux disparus. Bref, une mosaïque intime et collective réunie dans une même salle mais dont le choix disparate peut surprendre.

L'exposition a prévu quelques installations interactives. Un mur s'illumine en fonction du mouvement du spectateur. Il représente les milliers de soldats tués à Vimy en 1917. De la pâte à modeler est mise à disposition des plus créatifs pour sculpter soi-même son mini-monument commémoratif. Il y a aussi des rubans à nouer et des lettres à écrire sur place qui seront plantées au printemps dans un jardin du souvenir...

Et au cas où l'esprit vagabonderait encore sur les cimaises, celles-ci nous rappellent à l'ordre avec des messages en lettres capitales aussi sibyllins que « Après une guerre, nous nous souvenons de ceux qui sont morts. Les commémorations privées et publiques favorisent le deuil et la guérison. » Comme s'il fallait tracer un cheminement pédagogique et unificateur clair, au risque de marteler des évidences monumentales. Une approche simplifiée qui n'évite pas certains raccourcis. Libre au spectateur de s'étonner d'assertions telles « les Canadiens et Canadiennes ont utilisé le Mémorial de Vimy dans la propagande pour définir et promouvoir des valeurs nationales ». Sans autre explication, mais avec émotion.

Section réaménagée

Le Musée canadien de la guerre a également repensé sa section d'exposition permanente consacrée à Vimy en augmentant l'interactivité de la présentation : une carte vidéo combinant images d'archives et déplacement des troupes favorise la compréhension des stratégies de combat. Une nouvelle partie dédiée aux « chevaliers du ciel » rend hommage aux pilotes impliqués dans cette guerre. En tout, une vingtaine d'artefacts ont été ajoutés à l'exposition existante, précise Julie Savard, gestionnaire de projet du musée. Des photos d'archives numérisées sont désormais accessibles sur écran tactile. La section met également en avant des instruments de mesure de guerre ainsi qu'une carte en relief de la crête de Vimy conçue en papier laqué. 

Une présentation succincte mais efficace pour aborder ce combat qui s'est échelonné du 9 au 12 avril 1917, tuant ou blessant plus de 10 000 Canadiens. 

POUR Y ALLER :

Quand ? Jusqu'au 12 novembre

Renseignements ? 819-776-7000 ; www.museedelaguerre.ca




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer