Mathieu Lippé: du slam à la chanson

Lauréat du Festival international de la chanson de... (La Presse)

Agrandir

Lauréat du Festival international de la chanson de Granby en 2011, artiste originaire du Bas-Saint-Laurent mais ayant habité dix ans l'Estrie avant de s'établir à Montréal, Mathieu Lippé vient de lancer son troisième album, Les amants de l'aube.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

SHERBROOKE - Le précédent album de Mathieu Lippé, Le voyage (2013), était un audacieux mélange de slams (ses premières amours) et de chansons. Non seulement l'artiste alternait-il de l'un à l'autre, mais quelques plages combinaient les deux, avec des couplets déclamés et un refrain chanté.

Sur Les amants de l'aube, son opus 3 qui vient de paraître, le lauréat 2011 du Festival international de la chanson de Granby s'abandonne toutefois à la musique, laissant les grandes et longues envolées poétiques... aux réseaux sociaux.

«C'est une chose dont j'ai pris conscience au fil du temps : un slam, c'est quelque chose qui se déploie bien mieux sur Facebook ou sur YouTube que sur disque. Ce sont deux plateformes idéales pour partager sa parole. Mon slam sur l'eau, par exemple, a été partagé plus de 1000 fois. Le fait de le dire devant une caméra apporte quelque chose de plus.»

Dont l'aspect performance du slam, qui est souvent accompagné d'une gestuelle impossible à transmettre par enregistrement audio. «Moi-même, je me suis aperçu que j'écoutais beaucoup moins de slams que de chansons. Et c'est tellement d'ouvrage de faire un disque que je voulais que celui-là ait davantage de possibilités radiophoniques, qu'il s'ouvre à un public plus large.»

Heureusement, Mathieu Lippé n'a pas eu à forcer la chose. «Les textes sont vraiment sortis en chansons. Ça s'est fait dans le plaisir. J'ai même appris à abandonner la densité, à laisser de l'espace.»

Et il n'a eu aucun mal à insérer ses savoureux jeux de mots dans ce cadre plus restreint. Dans Océane, la nature est allégorisée en femme. «Quand la première phrase est arrivée (j'aimerais t'offrir une vague... à ton doigt), tout le champ lexical entre femme et océan s'est ouvert. Lorsque j'ai une vidéo dans ma tête avant de commencer à écrire, c'est généralement bon signe!»

Parler au futur

Ceux qui connaissent déjà l'artiste et le personnage ne seront pas dépaysés quant aux nouveaux textes de Mathieu Lippé. Ils y trouveront le même altruisme, la même quête de sens autour de l'amour, des paroles de renouveau, d'espoir, de respect de la planète. D'où le titre des Amants de l'aube, symbole de recommencement.

Difficile de porter de tels messages dans un monde fait de Poutine, de Le Pen et de Trump, et surtout, sans tomber dans un ton moralisateur?

«Je te répondrai d'abord que les chansons ont été écrites sous le règne d'Obama», dit-il en pouffant de rire. «Mais ce n'est pas la politique qui gouverne ma création : c'est ce qui m'arrive dans ma vie, et cet album est encore plus proche de moi, plus personnel. Bien sûr, j'ai toujours mon petit regard sur la société, mais je crois que les grands changements viendront de l'individu, quand le besoin de liberté va se révéler au pied du mur. J'avoue aussi que, lorsque je regarde le monde, j'ai parfois un sentiment de grand théâtre et qu'on se joue beaucoup de nous.»

«Quant à la morale, j'avoue que j'y réfléchis beaucoup. J'ai une philosophie de vie, mais chanson et philosophie ne font pas toujours bon ménage. En tant qu'artiste, on a droit de passer des idées et des engagements, mais à la fin, ça reste la poésie qui m'ancre au sol. Par exemple, toujours parler de sa vie au futur, ce n'est pas adéquat. On va te dire : parle au présent, les choses vont arriver. Par contre, écrire une chanson au futur, ça laisse le sentiment d'être devant tous les possibles.»

Mathieu Lippé décrit aussi Les amants de l'aube comme un album de transformation.

«J'ai commencé à écrire dans un moment difficile, pas catastrophique, mais une mauvaise période comme tout le monde en vit. Dans ce contexte de déconstruction du quotidien, je cherchais mes points de repère. Le sentiment qui a habité

mes chansons est un sentiment d'expansion, quand on commence à voir comment notre vie est en train de se replacer. Ce moment où on se dit : "OK! La suite, c'est ça." Un mélange de tribulations amoureuses, de crainte du nouveau et d'excitation de découvrir ce qui s'en vient... J'avoue que je me suis aussi servi de ça comme médecine personnelle.»

Déjà présents sur Le voyage, les sons électroniques prennent beaucoup plus de place sur Les amants de l'aube.

«C'est mon choix. J'adore l'électro. J'en ai inclus dans la préproduction et Jean-François Lemieux a magnifié tout ça», dit-il à propos de son coréalisateur.

Leur trio était complété par Marc Pérusse. «Jean-François était mon gentil pirate, et Marc, mon capitaine d'expérience», dit-il à propos du réalisateur au long cours.

«Marc, c'est un orfèvre. Un grand connaisseur super humble. Le côtoyer m'a apporté de la sagesse. J'admirais sa patience. Il était capable d'attendre. Si on cherchait quelque chose qu'on ne trouvait pas, il tempérait. Quand on se revoyait, il avait trouvé. Il gardait toujours le cap.»

Festival éphémère 

Les amants de l'aube a été lancé en grande pompe cette semaine, sur trois jours, à la galerie Le 1040, rue Marie-Anne, à Montréal. 

Non, Mat Lip n'a pas joué 72 heures sans pause : il a offert des prestations auxquelles se sont mêlés des ateliers de chant, des cours de yoga, une conférence sur les entreprises éthiques et, surtout, une exposition d'art visuel. Car le chanteur a réussi à convaincre une douzaine d'artistes de réaliser une toile, chacune inspirée par une des 12 chansons de l'album.

«Tu comprends donc que ç'aurait été dommage que l'exposition ne dure qu'une seule journée, explique-t-il. J'ai donc eu l'idée de ce festival éphémère. Au départ, j'étais même prêt à ce que ça dure un mois et à installer mon lit à la galerie!»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer