Chasse aux donateurs pour une sculpture à Gatineau

L'artiste Isabelle Regout et le coordonnateur du projet... (Simon Séguin-Bertrand, Le Drpoit)

Agrandir

L'artiste Isabelle Regout et le coordonnateur du projet Columbo 2017, Alexandre Pampalon

Simon Séguin-Bertrand, Le Drpoit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le milieu artistique tente de mobiliser les gens d'affaires et citoyens de la région et de tout le Québec pour offrir à la Ville de Gatineau une immense sculpture de pierre réalisée par l'artiste gatinoise de renommée internationale, Isabelle Regout.

L'oeuvre intitulée Dompteurs d'écueil est un bas-relief composé de 54 pierres volcaniques importées de Belgique qui, une fois assemblées, font 3,2 mètres de long et 2 mètres de haut. La sculpture pèse 350 kilos. Près de deux ans de travail ont été nécessaires à Isabelle Regout pour concevoir cette oeuvre qui sera bientôt accessible à toute la population de Gatineau. 

Une tournée

Une tournée panquébécoise de 21 jours mènera une réplique de la sculpture dans une quinzaine de municipalités québécoises au cours du printemps. L'objectif de cette tournée intitulée Columbo 2017, en l'honneur du premier train de drave à avoir descendu la rivière des Outaouais en 1806, est d'abord de créer un maillage entre les milieux des affaires et culturel. 

Le coordonnateur du projet, Alexandre Pampalon, explique que 150 parts à 1000 $ chacune seront accessibles afin de financer l'oeuvre. 

« En plus de participer à ce projet artistique, les donateurs s'offriront aussi une visibilité à très long terme, voire pour l'éternité puisque leur nom sera gravé sur une plaque qui accompagnera la sculpture lorsqu'elle sera offerte à la Ville de Gatineau. » M. Pampalon souhaite que 40 % des donateurs soient des gens de la région de l'Outaouais. 

Isabelle Regout ajoute que la tournée permettra de parler de Gatineau partout au Québec. « Les donateurs permettront de concrétiser ce don à la Ville de Gatineau, mais aller à leur rencontre rendra aussi possible une discussion sur l'importance du maillage entre l'art, la culture et les gens d'affaires. Comme les artistes, les entrepreneurs sont des bâtisseurs, des gens qui prennent des risques. »

Reconnaissance du patrimoine

Le chef de cabinet du maire Maxime Pedneaud-Jobin, Melvin Jomphe, rappelle que le conseil municipal a accepté de lever le moratoire sur les oeuvres d'art afin de pouvoir recevoir cette sculpture. « Si les promoteurs parviennent à faire financer cette oeuvre, Gatineau est évidemment prête à la recevoir. C'est un bel exemple de reconnaissance de notre patrimoine. »

M. Jomphe explique que des discussions sont en cours au service des arts et de la culture de la Ville afin de déterminer à quel endroit la sculpture d'Isabelle Regout sera exposée en permanence. Les différents caucus de secteur seront consultés, mais le choix du lieu reviendra à l'administration, dit-il.

Columbo, Napoléon et Gatineau

L'oeuvre Dompteurs d'écueuils de l'artiste Isabelle Regout... (Simon Séguin-Bertrand, Le Droit) - image 3.0

Agrandir

L'oeuvre Dompteurs d'écueuils de l'artiste Isabelle Regout

Simon Séguin-Bertrand, Le Droit

L'empereur Napoléon continue d'étendre son empire à toute l'Europe en cette année 1806. La Grande Armée accumule les victoires militaires et forge petit à petit sa réputation aux quatre coins du Vieux Continent. Au même moment, en Outaouais, des dizaines de bûcherons tentent à leur façon, mais probablement sans le savoir, de contrer les avancées militaires de Bonaparte. 

Ce dernier vient d'imposer un blocus continental contre l'Angleterre qui oblige le roi George III à se tourner vers ses colonies pour s'approvisionner en bois. La survie de la Royal Navy est en jeu. Colonisée depuis quelques années seulement, l'Outaouais abrite les plus belles forêts de pins de tout l'empire britannique. 

C'est ainsi que d'énormes pins sont abattus par centaines et mis à l'eau sur les rivières Gatineau et des Outaouais. Des dizaines d'hommes sont recrutés pour faire voyager ce bois jusqu'au fleuve, à Québec, où ces mastodontes prendront la mer pour rejoindre l'Angleterre et participer à l'effort de guerre anglais. 

Le 11 juin 1806, le tout premier train de drave à descendre la rivière des Outaouais quitte la région. Il est baptisé Columbo. Les draveurs mettront 35 jours pour atteindre Québec. Plusieurs milliers de trains de drave prendront le même chemin pendant le siècle qui suivra. 

Le projet Columbo 2017 et son oeuvre Dompteurs d'écueils de l'artiste gatinoise Isabelle Regout est un clin d'oeil à la drave qui est à jamais inscrite dans l'ADN de la région et aux draveurs qui ont souvent mis leur vie en danger pour participer au développement de l'Outaouais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer