Les arts en bref

Les événements du jour dans le monde des arts, en quelques mots. (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Les événements du jour dans le monde des arts, en quelques mots.

Sept à dix ans de prison requis pour un spectaculaire vol de tableaux

Des peines de sept à dix de prison ont été requises vendredi à Paris contre trois hommes, dont l'un surnommé «l'homme-araignée», pour le casse le plus spectaculaire de ces dernières années, le vol de cinq toiles de maître au Musée d'art moderne de la capitale française en 2010.

Cinq merveilles de Picasso, Matisse, Modigliani, Braque et Léger ont été volées dans la nuit du 20 mai 2010, sans déclencher aucune alarme, et restent à ce jour introuvables. Ces disparitions ont «porté atteinte au patrimoine de l'humanité», pour la procureure Anaïs Trubuilt.

Outre les peines de prison, les amendes maximales ont été requises.

La peine la plus lourde a été demandée à l'encontre de Vjéran Tomic, dit «l'homme-araignée», 49 ans: le parquet demande dix ans de prison, 300 000 euros d'amende et une interdiction d'exercer toute activité dans la vente de bijoux et d'oeuvres d'art pendant cinq ans.

Tomic, un as de la varappe doublé d'un voleur talentueux, avait reconnu le vol dès son arrestation. Le cambrioleur, dont «le professionnalisme frise l'excellence», «n'a rien d'un gentleman» avec ses quatorze condamnations au casier, dont plusieurs vols avec violence, relève la procureure.

Braquage: Kim Kardashian entendue à New York par la juge française

La vedette de la télé-réalité américaine Kim Kardashian a été entendue jeudi à New York par la juge française chargée de l'enquête sur le braquage qu'elle a subi début octobre à Paris pour lequel neuf suspects sont sous les verrous, a-t-on appris de source judiciaire.

Cette audition sous le statut de victime a duré plusieurs heures, a indiqué la source. Kim Kardashian avait déjà été entendue par les services de police lors de son dépôt de plainte, immédiatement après les faits, dans la nuit du 2 au 3 octobre 2016.

Cinq braqueurs avaient neutralisé le veilleur de nuit dans l'hôtel particulier du centre de Paris où séjournait la star, puis deux d'entre eux, masqués et portant des blousons siglés police, étaient montés dans l'appartement de Kim Kardashian.

Après avoir sorti une arme et avoir ligoté et bâillonné la victime, ils étaient repartis avec un butin en bijoux évalué à neuf millions d'euros.

L'enquête avait conduit à un vaste coup de filet en France début janvier qui a abouti à l'inculpation de dix suspects, dont neuf placés en détention provisoire. AFP

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer