Prix Trille Or: la revanche de l'Ouest

Les finalistes Mehdi Cayenne, Anique Granger, Alain Barbeau,... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Les finalistes Mehdi Cayenne, Anique Granger, Alain Barbeau, Geneviève RB, Céleste Levis et Stef Paquette se retrouveront le 5 mai au Centre des arts Shenkman pour une célébration de la musique franco-canadienne.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le remaniement des prix Trille Or, célébration de la musique franco-canadienne, porte ses fruits. Anique Granger, auteure-compositeure-interprète d'origine fransaskoise, domine les nominations des artistes féminines en lice pour cette compétition musicale pancanadienne organisée du 1er au 6 mai à Ottawa.

« Avant, je pouvais principalement concourir pour l'Artiste de l'Ouest par excellence, aujourd'hui je suis retenue dans 9 prix, » se réjouit l'heureuse sélectionnée grâce à son album Aimer comme une émeute, sorti en 2015. Son nom se multiplie dans les catégories les plus prestigieuses : meilleure interprète féminine, meilleur auteur, compositeur, meilleur album, chanson primée...

Les artistes de l'Ouest canadien ont désormais accès à l'ensemble des catégories, nouveauté qui change un peu la provenance des nominations cette année, lors de cet événement bisannuel organisé par l'Association des professionnels de la chanson et de la musique (APCM),.

« Nous constatons ainsi une meilleure représentativité des candidatures de l'ouest », analyse Daniel Sauvé, le président de l'APCM.

Les nominations de ces artistes restent proportionnelles au taux d'adhérents de cette zone géographique, « entre 25 et 30 % », comptabilise M. Sauvé. Le groupe Ponteix, dont chanteur est originaire de Saint-Denis, en Saskatchewan, se démarque également dans plusieurs catégories.  

L'effort de faire rayonner l'ensemble de la francophonie musicale canadienne se traduira par la retransmission en direct du Gala sur les ondes d'Unis TV, le 5 mai prochain, à 20 h. Pour la troisième fois, les festivités se tiendront au Centre des Arts Shenkman et seront animées par l'humoriste Vincent Poirier, cofondateur du groupe Improtéine.  

Radio-Canada se joint à l'événement en remettant notamment trois prix. Les lauréats seront conviés à participer à diverses émissions et festivals à travers le pays. 

Nouveautés et tradition des nominations

Pas ou peu de renouvellement dans l'ADN musical de cette 9ème édition. On y retrouve les favoris des galas précédents, Mehdi Cayenne en tête avec 12 nominations, des catégories les plus en vue (meilleur interprète masculinmeilleur auteur compositeurmeilleur album), aux plus techniques (meilleure conception visuellemeilleure présence web, meilleurs prise de son et mixagemeilleurs réalisation et arrangements.)   

Ces dernières récompenses font d'ailleurs la fierté du président Daniel Sauvé. « Nous aurions dû les créer depuis longtemps, partage-t-il. Il faut encourager le milieu pour ses techniciens et ses ingénieurs de qualité. »

L'apparition du prix meilleur EP répond également à une autre réalité de l'industrie musicale franco-canadienne : les artistes produiront plus facilement un mini-album qu'un format plus long.   

Enfin, on retrouve au palmarès d'autres habitués du gala : Stef Paquette (meilleure interprète masculinmeilleur spectacle notamment), Yao (meilleur auteur-compositeur), et la percée de Céleste Lévis qui, malgré la nomination de son album Céleste dans la catégorie album de l'année- adulte contemporain au Gala de l'ADISQ en 2016, se voit retenue pour le prix découverte au gala des prix Trille Or ! 

Reconnaissance tardive pour les uns, fidèle compagnon de carrière pour les autres, le gala n'a pas fini de faire parler de lui...

Pour y aller

Où ? Centre des arts Shenkman

Quand ? Le 5 mai, à 20 h

Renseignements ? 613-580-2700, www.shenkmanarts.ca/fr

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer