2017: une année tout feu, tout flamme

Nelly Arcan continue de fasciner, huit ans après... (Courtoisie, Radio-Canada)

Agrandir

Nelly Arcan continue de fasciner, huit ans après sa mort.

Courtoisie, Radio-Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des quelque 1000 artistes d'un océan à l'autre attendus pour Scène Canada, aux venues des Mosaïcultures et de Volta du Cirque du Soleil, en passant par les célébrations du 150e anniversaire de la Confédération, mais sans oublier les festivals existants (Franco, Rockfest, jazz, Bluesfest, dont les programmations n'ont pas toutes encore été dévoilées) : Ottawa-Gatineau sera le théâtre d'un nombre étourdissant - et quasi-angoissant ! - d'activités culturelles au cours des prochains mois.

À travers tout ça, on célébrera l'accueillante et fière nouvelle allure (et fenestration !) du Centre national des arts.

On s'attardera aussi à la nouvelle Salle du Canada du Musée canadien de l'histoire (MCH), le 1er juillet. Il sera intéressant de voir si la trame retenue par l'équipe du MCH pour narrer plusieurs centaines d'années de présence aux divers accents sur l'ensemble du territoire devenu le Canada d'aujourd'hui saura éviter les écueils de la controverse...

Par-delà le 150e

Alexandre Désilets présentera son album orchestral Windigo à la salle... (Archives, La Presse) - image 3.0

Agrandir

Alexandre Désilets présentera son album orchestral Windigo à la salle Jean-Despréz le 27 avri.

Archives, La Presse

Cela dit, se concentrer uniquement sur l'été serait faire abstraction de bien des rendez-vous d'ici là.

Parmi les spectacles notés à mon agenda, je retiens : l'incontournable Alexandre Désilets, qui présentera son époustouflant album orchestral Windigo, salle Jean-Despréz le 27 avril ; les surprenantes Rencontr3s, grâce auxquelles trois chorégraphes ont été jumelés à autant de compositeurs canadiens pour créer trois oeuvres originales (20 au 22 avril, au CNA) ; l'humoriste Kate Levac, qui viendra roder son premier spectacle solo à Gatineau en formule cabaret (les 30 avril et 1er mai affichant complet, la Franco-Ontarienne sera de retour les 20 et 21 novembre). Mais aussi l'opéra Louis Riel, revisité 50 ans après sa création (5 et 17 juin, au CNA).

Et puis, j'aurai surtout la chance de me laisser transpercer de nouveau par la voix de Tami Neilson, découverte sur disque (Don't Be Afraid) puis sur la petite scène de l'Auberge du mouton noir, à Wakefield, l'automne dernier. L'Ontarienne d'origine assurera la première partie de Colin James, le 7 février, au CNA. Je ne peux que me croiser les doigts qu'une date en solo se confirme dans la foulée, soit à la salle Jean-Despréz, soit à La Basoche !

Un nom : Nelly Arcan

Figure complexe, tiraillée entre son écriture et son image, Nelly Arcan continue de fasciner, huit ans après sa mort. 

Dans un premier temps, j'ai très hâte de voir comment Anne Émond (Nuit #1Les Êtres chers) mettra en lumière les zones d'ombre de cette écrivaine à qui l'on doit PutainFolleParadis, clef en main et Burqa de chair, entre autres. Son film  Nelly, dans lequel Mylène Mackay se glisse dans la peau d'Arcan, arrivera en salles le 20 janvier.

Dans un second, j'anticipe le plaisir que j'aurai à voir La fureur de ce que je pense, la création que Marie Brassard et Sophie Cadieux ont développée ensemble autour de la figure de Nelly Arcan et de ses textes, qui sera présentée au CNA en mai. Sa prise de parole (sur le corps, l'identité féminine, la mort) s'incarnera en sept comédiennes et se déclinera en sept chants, qui résonneront sûrement comme autant de cris du coeur.

L'effet Denis Villeneuve

Arrival m'a profondément touchée. Pour son foisonnant message sur ce qui sous-tend un véritable dialogue, entre autres. Je trépigne donc d'impatience de voir sa vision de l'univers mythique de Blade Runner, dont le cinéaste québécois signe la suite.

Dire que les attentes suscitées par les premières images de Blade Runner 2049 sont élevées relève de l'euphémisme.

Il faudra toutefois être patient : le film ne sortira pas avant le 4 octobre.

Dinorah Catzalco

L'artiste visuelle Dinorah Catzalco... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit) - image 7.0

Agrandir

L'artiste visuelle Dinorah Catzalco

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Janvier était le rendez-vous pris avec l'artiste visuelle Dinorah Catzalco, dont j'ai suivi le parcours pendant 2015 dans le cadre de notre série sur six artistes émergents de la région.

Après plusieurs mois de production, la Gatinoise aux origines mexicaines livrera les fruits de son travail aux yeux du public, à compter du 19, à la galerie Montcalm. 

Tecocuahuitl : l'axe du monde, qui regroupera une série de tableaux-sculptures circulaires, y sera présentée jusqu'au 26 février.

Sous les couvertures

Ô joie ! Daniel Pennac renoue avec sa truculente smala des Malaussène ! Mieux encore, le «I» accolé au titre Le Cas Malaussène laisse sous-entendre que ce Ils m'ont menti s'avère le premier volet d'une nouvelle série ! 

Je suis aussi fébrile de renouer avec la plume de Jean-François Caron, dont les personnages de Rose Brouilllard, le film me bercent encore de leur (é)mouvante humanité. Son nouveau titre doit être publié en mars par La Peuplade.

Merci d'avance

Je tiens à remercier d'avance tous les artistes que je croiserai cette année et qui, par leur talent, élargiront mes horizons, m'ouvriont de nouvelles perspectives et dimensions, me feront prendre des chemins de traverse, me provoqueront, me réconforteront, me feront rire, pleurer, (re)penser notre monde et, ce faisant, me rappelleront leur rôle essentiel dans notre société.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer