Le Canada en scènes pour 2017

Les 7 doigts de la main et leur... (Courtoisie)

Agrandir

Les 7 doigts de la main et leur Cuisine et confessions seront de la programmation de Scène Canada.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Célébrer, inspirer et provoquer : ces trois mots-clés sous-tendront la programmation de Scène Canada, qui verra quelque 1000 artistes des quatre coins du pays converger vers Ottawa, du 15 juin au 30 juillet 2017.

Les 7 doigts de la main et leur Cuisine et confessions, Rufus Wainwright avec l'Orchestre du Centre national des arts (OCNA), Buffy Sainte-Marie et Oliver Jones, qui sortira de sa retraite pour rendre hommage à son ami, le regretté Oscar Peterson, dans le cadre d'un concert exclusif incluant six autres pianistes : voilà les têtes d'affiche dévoilées mercredi au Centre national des arts (CNA). 

De plus, le CNA présentera de nouveau l'opéra Louis Riel, initialement créé en 1967 par Harry Somers, les 15 et 17 juin.

« Cinquante plus tard, les questions que soulève cet opéra sur nos relations avec les Premiers Peuples demeurent d'actualité, a soutenu Heather Moore, productrice et directrice générale de Scène Canada. Notre défi, c'est justement de représenter ce qu'est le Canada en 2017 par les événements que nous allons proposer au public. »

Trois grands thèmes lui ont servi d'axes à la programmation : « célébrer nos héros et nos légendes artistiques, comme Louis Riel et Oscar Peterson ; inspirer, en mettant en valeur la nouvelle génération de créateurs ; et provoquer, dans le sens de faire réfléchir sur qui on est aujourd'hui », a énuméré Mme Moore.

Danse, musique, théâtre, arts visuels et culinaires seront au coeur du festival biennal, dont le rendez-vous coïncidera avec l'inauguration officielle du nouveau CNA, les 1er et 2 juillet.

La programmation complète de Scène Canada sera dévoilée au printemps prochain.

Le CNA sur la route

Parallèlement, le CNA célébrera les 150 ans du Canada en propageant le talent de ses créateurs et artisans d'un océan à l'autre, notamment par le biais d'une tournée de son orchestre. Au programme : la poignante relecture multimédia du poème de Rita Joe, I Lost My Talk, sur une musique du compositeur John Estacio ; la Symphonie du Nouveau Monde de Dvorak ; et le Concerto pour violon de Korngold.

« Il ne s'agissait pas d'aller jouer du Mozart à Halifax ou Vancouver, mais d'une occasion de raconter notre histoire, de célébrer notre héritage », a mentionné Christopher Deacon, le directeur administratif de l'OCNA. 

C'est pourquoi le directeur musical de l'orchestre Alexander Shelley a choisi de présenter I Lost My Talk de nouveau, mais aussi d'exprimer l'arrivée des Européens par le biais de Dvorak et Korngold, « pour rendre cette idée de la possibilité de trouver une nouvelle vie, ici », a expliqué M. Deacon. 

L'OCNA, son maestro et le violoniste et soliste invité James Ehnes se rendront d'abord dans les provinces de l'Atlantique au printemps, puis dans l'Ouest et le Nord à l'automne. 

Lors du premier volet de la tournée, un arrêt spécial aura lieu à Eskakoni, en Nouvelle-Écosse, au sein de la communauté de la regrettée poète micmac Rita Joe. Kalolin Johnson, Devon Paul et Thunder Henry, trois jeunes de la réserve ayant été partie prenante du « Projet de chanson inspirée de Rita Joe » organisé par le CNA, étaient d'ailleurs présents, mercredi, pour livrer leur interprétation de Gentle Warrior.

Le Wild West de Gabriel Dumont

C'est toutefois l'ambitieuse création du Gabriel Dumont's Wild West Show, à laquelle participeront les auteurs Jean Marc Dalpé, Alexis Martin et Yvette Nolan, qui représente le clou des festivités. 

La production théâtrale réunira des artistes francophones, anglophones et autochtones et relatera la résistance des Métis, leur défaite à Batoche et l'exil du bras droit de Louis Riel, Gabriel Dumont, qui a fait partie du Buffalo Bill's Wild West Show aux États-Unis. Elle sera présentée à Ottawa et Montréal à l'automne 2017, puis à Winnipeg et Saskatoon à l'hiver 2018. 

Interprété dans les deux langues officielles de même qu'en cri, en mitchif et en lakota, le Gabriel Dumont's Wild West Show s'inscrit en droit-fil avec l'implantation du Théâtre autochtone, troisième voix qui s'ajoutera dès l'an prochain aux Théâtres anglais et français déjà en place au CNA.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer