La peintre Daphne Odjig s'est éteinte à l'âge de 97 ans

Daphne Odjig est décédée le week-end dernier.... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Daphne Odjig est décédée le week-end dernier.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

L'une des peintres et graveuses autochtones les plus célèbres du Canada s'est éteinte la fin de semaine dernière. Daphne Odjig est décédée samedi à l'âge de 97 ans.

Mme Odjig était née en 1919 dans la réserve de Wikwemikong, sur l'île Manitoulin en Ontario, d'un père potawatomi et d'une mère anglaise. 

Elle a d'abord appris à dessiner en observant son grand-père paternel graver des pierres tombales. Autodidacte, elle a su ensuite marier dans ses oeuvres le style autochtone traditionnel aux influences cubistes et surréalistes. Elle était devenue une personnalité importante de la scène artistique canadienne dans les années 1960. Elle a aussi participé à la fondation, avec entre autres Norval Morrisseau, Alex Janvier et Carl Ray, de la Professional Native Indian Association, le Groupe des sept indien, en 1973. 

Le Musée canadien de l'histoire à Gatineau, dont la collection comprend plusieurs de ses oeuvres et qui lui avait consacré une importante rétrospective en 2008, s'est dit attristé par la disparition de cette «grand-mère» de l'art autochtone canadien. Mark O'Neill, président-directeur général du musée, a mentionné qu'elle avait inspiré plusieurs générations de jeunes artistes autochtones et que son art avait été salué partout dans le monde. 

Avec LeDroit

Vingt ans après «Le Dieu des Petits Riens», un second roman pour Arundhati Roy

Arundhati Roy... (Hocine Zaourar, Archives AFP) - image 3.0

Agrandir

Arundhati Roy

Hocine Zaourar, Archives AFP

La célèbre écrivaine et essayiste indienne Arundhati Roy sortira en juin 2017 son second roman, vingt ans après le succès mondial du «Dieu des Petits Riens», ont annoncé lundi ses éditeurs.

«Je suis fière d'annoncer que les esprits dérangés (et même tordus) de «The Ministry of Utmost Happiness» (titre du second roman, ndlr) ont vu le jour», a déclaré Mme Roy dans un communiqué diffusé sur Facebook par Hamish Hamilton UK et Penguin India.

«La conception du roman a pris vingt ans. Et ça en valait la peine», a ajouté son agent David Godwin.

Sorti en 1997, le premier roman d'Arundhati Roy, «Le Dieu des Petits Riens» (publié en France par Gallimard), avait été couronné du prestigieux prix Booker.

Texte sensible et poétique, il raconte l'histoire de deux jumeaux, Rahel et Estha Kochamma, séparés pendant l'enfance par un drame traumatisant.

Militante de gauche, altermondialiste, féministe et écologiste, Arundhati Roy, 54 ans, est connue pour son franc-parler. Ses déclarations engagées et ses essais au vitriol font régulièrement fracas dans le débat public indien.

Par l'AFP

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer