Jim Carrey se sent «exploité» par l'homme qui le poursuit

Jim Carrey... (Richard Shotwell, Archives AP)

Agrandir

Jim Carrey

Richard Shotwell, Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
LOS ANGELES

L'acteur vedette Jim Carrey affirme qu'une poursuite pour homicide délictuel déposée contre lui par le mari de son ex-conjointe représente de l'exploitation à son endroit.

Mark Burton, qui réside à Portland, a déposé une poursuite contre l'acteur canadien à la Cour supérieure de Los Angeles lundi. Il accuse Jim Carrey d'avoir fourni à son épouse Cathriona White - de qui il était séparé, mais non divorcé - les médicaments sur ordonnance qui ont provoqué la surdose qui l'a tuée en septembre 2015.

La poursuite allègue que Carrey a indûment obtenu des prescriptions pour le sédatif Ambien et de l'oxycodone, un puissant opioïde, sous le pseudonyme d'Arthur King.

La poursuite accuse Jim Carrey d'avoir donné les médicaments à Cathriona White quelques jours avant qu'elle ne soit retrouvée morte au domicile de l'acteur. La maquilleuse de 30 ans et Carrey se sont fréquentés en 2012 et avaient été photographiés ensemble en mai 2015.

Qualifiant la situation de «honteuse», Jim Carrey a écrit dans un communiqué qu'il serait facile pour lui de s'entendre avec l'avocat de Mark Burton pour que toute l'histoire disparaisse, mais qu'il y avait des moments dans la vie où il fallait «se tenir debout et défendre (son) honneur contre la méchanceté de ce monde».

Le coroner a déterminé que Cathriona White s'était enlevé la vie.

Mark Burton avait épousé la maquilleuse en 2013. Un représentant du bureau du coroner a déclaré à des journalistes que le couple était séparé et prévoyait divorcer, mais l'avocat de Mark Burton, Michael Avenatti, n'a pas voulu préciser la nature de leur relation sauf pour dire qu'ils étaient légalement mariés au moment de la mort.

L'avocat de Jim Carrey, Marty Singer, a écrit dans une déclaration que Cathriona White et Mark Burton n'avaient jamais habité ensemble. Selon l'avocat, les prescriptions utilisées par son client avaient été obtenues légalement et son médecin et ses assureurs étaient au courant de son pseudonyme. Il a ajouté que plusieurs acteurs utilisent de tels stratagèmes pour protéger leur vie privée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer