Dallaire au coeur de l'été culturel gatinois

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin et Dominique Laurent ont... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin et Dominique Laurent ont présenté la programmation d'Un été chaud à Gatineau, qui mettra notamment en vedette le peintre gatinois Jean Dallaire.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le renommé peintre gatinois Jean Dallaire, qui aurait eu 100 ans le 9 juin prochain, sera au coeur de l'été culturel de la Ville de Gatineau.

Une quarantaine d'activités gratuites, incluant l'exposition majeure présentée à la galerie Montcalm, mettront ainsi en valeur les différentes facettes de l'héritage du «père» du fameux Coq-licorne, entre autres.

En plus de l'Hommage à Jean Dallaire: Que la fête commence! (9 juin au 14 août), l'artiste sera également célébré dans le cadre du prochain Recycl'Art. 

Tous les artistes participant à l'événement, qui se tiendra de nouveau sur les rives du ruisseau de la Brasserie du 16 juillet au 21 août, devront décliner leur sculpture ou installation faites de matériaux récupérés sur le thème «Inspiration Dallaire».

Né sur la rue Vaudreuil du secteur Hull le 9 juin 1916, celui que certains n'ont pas hésité à qualifier de «Picasso canadien» a laissé sa marque dans l'histoire de l'art et de la ville par son éclectisme. «Jean Dallaire s'est laissé influencer sans jamais se joindre à aucun groupe», a fait valoir Michel Cheff, commissaire de l'exposition de la galerie Montcalm.

Outre les événements en lien avec la commémoration du centenaire de la naissance du peintre, la Ville dévoilait aussi dévoilait aussi, mercredi, l'ensemble de la programmation d'Un été chaud à Gatineau.

Plusieurs parcs et sites s'animeront cette année encore, que ce soit en musique aux accents internationaux (avec les Mardis du monde, place de la Francophonie, ou encore Musiques du monde au parc de l'Imaginaire), en spectacles pour les enfants (la série des Petits trotteurs et grands voyageurs), voire en soirées de cinéma à la belle étoile. C'est sans oublier les nombreuses visites guidées et randonnées patrimoniales (à vélo ou en rabaska, dans certains cas) ou ornithologiques.

Parmi les nouveautés au menu? Une tournée de commedia dell'arte s'adressant aux familles (juillet), mais aussi du yoga, de la zumba et des jams de djembés, dans les différents parcs municipaux, en juillet et en août.

Le calendrier complet des activités est disponible au www.gatineau.ca/etechaud.

Le cas Agwàtà

Le spectacle AGWÀTÀ a été présenté une douzaine... (Martin Roy, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Le spectacle AGWÀTÀ a été présenté une douzaine de fois l'été dernier.

Martin Roy, Archives LeDroit

Bien que le doute persiste quand au retour du spectacle aquatique multimédia Agwàtà sur le ruisseau de la Brasserie, la Ville de Gatineau a préféré «faire comme si» en l'incluant dans sa brochure Un été chaud, dévoilée mercredi.

Pour le maire Maxime Pedneaud-Jobin, il s'agit toutefois plus d'un «réel espoir» que d'une «confirmation» qu'une autre saison de représentations soit bel et bien prévue du 22 au 31 juillet prochain.

«On souhaite assurément le retour du spectacle, mais on attend toujours une réponse du promoteur dans ce dossier. On tenait quand même à l'inclure dans la brochure, parce qu'elle demeure notre principal outil de communication pour mousser la programmation culturelle de Gatineau pour l'été et qu'on voulait qu'Agwàtà y soit, au cas où. Ç'aurait été plus risqué de ne rien mettre, à notre avis», a commenté M. Pedneaud-Jobin.

Le maire a d'ailleurs réitéré son appel aux partenaires privés, afin de consolider le financement de l'événement. Pour sa part, la Ville a augmenté de 68 000$ à 75 000$ sa participation pour une éventuelle deuxième édition, et attend maintenant une réponse claire du directeur artistique Alain St-Jean «d'ici à deux semaines».

Ce dernier, ainsi que les autres membres de l'équipe de Mixmédiarts, se font plutôt discrets quant à l'avenir d'Agwàtà. Personne n'a retourné les appels du Droit visant à faire le point sur la survie du spectacle, au cours de la dernière semaine.

L'an dernier, Agwàtà a attiré quelque 14 000 personnes sur les berges du ruisseau de la Brasserie, où il était présenté gratuitement. La mention «entrée payante», qui serait l'option retenue par les organisateurs pour cette année s'ils allaient de l'avant, est toutefois clairement indiquée dans le guide culturel estival gatinois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer