Le conservatoire opte pour l'église Saint-Paul

L'ouverture de la nouvelle église Saint-Paul, dans le... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

L'ouverture de la nouvelle église Saint-Paul, dans le secteur Aylmer, au printemps dernier, a offert une nouvelle option pour le conservatoire, explique le directeur Marc Langis.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La disponibilité d'une salle suffisamment grande dans la nouvelle église Saint-Paul a joué dans la décision du Conservatoire de musique de Gatineau de se retirer du projet de pavillon des arts de l'Université du Québec en Outaouais (UQO).

La préservation du bâtiment patrimonial abritant le Conservatoire... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 1.0

Agrandir

La préservation du bâtiment patrimonial abritant le Conservatoire de musique de Gatineau a pesé lourd dans la décision de quitter le projet de l'UQO.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Le directeur du Conservatoire de musique de Gatineau, Marc Langis, a fait savoir que le «magnifique» projet de l'UQO aurait notamment servi à la construction d'une salle de concert pouvant accueillir un orchestre et un choeur, ce qui n'existe pas dans l'édifice abritant le conservatoire, sur le boulevard Alexandre-Taché.

L'ouverture de la nouvelle église Saint-Paul, dans le secteur Aylmer, au printemps dernier, a toutefois offert une nouvelle option. 

«On a entrepris une série de concerts là, et ça a été un succès», souligne M. Langis. Un déménagement dans un nouveau pavillon de l'UQO aurait nécessité des investissements «considérables», ajoute-t-il. «Pour le moment, on ne peut pas dire qu'on a un besoin d'espace criant qui fait qu'on doit se relocaliser rapidement.»

La préservation de l'édifice patrimonial dans lequel loge le conservatoire a aussi pesé dans la balance lorsqu'est venu le moment de décider de quitter le projet de l'UQO. «Il y a un attachement à ce bâtiment-là, autant de la part de nos usagers que de la population en général, affirme M. Langis. On occupe un bâtiment patrimonial qui a un emplacement de choix, et on doit le garder vivant. Si on délaissait l'endroit, il en adviendrait quoi?»

L'édifice, qui appartient à la Société québécoise des infrastructures, nécessite bien sûr des dépenses courantes d'entretien, mais répond tout de même aux besoins essentiels du conservatoire, assure son directeur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer