27 ans plus tard, l'académie Nobel appuie Salman Rushdie

Salman Rushdie... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Salman Rushdie

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
STOCKHOLM

L'Académie suédoise, qui sélectionne les gagnants du prix Nobel de littérature, a condamné la menace d'exécution à l'endroit de l'écrivain britannique Salman Rushdie, 27 ans après qu'elle eut été proférée.

Deux membres avaient quitté l'Académie en 1989, après que l'organisation eut refusé de condamner la fatwa de l'ayatollah Rouhollah Khomeini contre Salman Rushdie, accusé de blasphème contre l'islam dans son livre Les versets sataniques. Réitérant sa volonté de ne pas s'impliquer politiquement, l'Académie avait publié un communiqué défendant la liberté d'expression sans explicitement appuyer Salman Rushdie.

Or, dans un communiqué publié sur son site jeudi, l'Académie dénonce pour la toute première fois la fatwa et la récompense en argent promise contre la mort de l'écrivain, les décrivant comme des «violations flagrantes des lois internationales».

L'Académie n'a pas précisé ce qui avait causé cette volte-face, mais a cité une décision récente de hausser la récompense de 600 000$US.

L'organisation a décrié le fait «que la peine de mort soit désignée comme punition pour une oeuvre littéraire», ajoutant que la littérature devait être libre de tout contrôle politique.

Lorsqu'on lui a demandé ce qui avait poussé l'Académie à réexaminer le cas Rushdie, le secrétaire par intérim Tomas Riad a mentionné le processus de normalisation des relations entre l'Iran et l'Occident et l'augmentation du montant de la récompense.

«Le dossier a été mentionné et nous avons décidé de le faire (de diffuser un communiqué), a déclaré M. Riad. Ce n'était pas une décision controversée.»

M. Riad a décrit Salman Rushdie comme un «symbole de la liberté d'expression, bien que ce soit involontaire».

Kerstin Ekman, l'une des membres ayant démissionné de l'Académie en 1989, a applaudi la décision.

«Il aura fallu quelques années, mais voilà que c'est fait. Je crois que c'est une très bonne chose», a déclaré la romancière à la radio publique suédoise. Elle a cependant précisé qu'elle ne prévoyait pas retourner à l'Académie, dont les membres sont nommés à vie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer