Appâts de géants connus ou à découvrir au MBAC

Portrait de la reine Marie-Antoinette dit à la... (Courtoisie)

Agrandir

Portrait de la reine Marie-Antoinette dit à la rose , 1783. Huile sur toile d'Élisabeth Louise Vigée Le Brun (1755-1842).

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avec quelque 400 000 visiteurs recensés en 2015, le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) jouit d'une hausse considérable de son taux de fréquentation par rapport à la saison 2013-2014, plutôt maussade (237 391 personnes): ces derniers mois, 91 000 curieux y ont vu l'exposition consacrée à Monet et près de 113 000 à Colville. Pour la programmation à venir, le musée continuera de miser sur des figures majeures de l'art, sur la diversité des oeuvres exposées et le rayonnement de sa propre collection.

Ainsi donc, l'été accueillera Élisabeth Louise Vigée Le Brun (1755-1842), portraitiste hors-norme au destin rocambolesque, peintre officielle de la reine Marie-Antoinette et des grands d'Europe, dont le talent fut très prisé à son époque mais injustement retombé dans l'oubli. Cette première rétrospective internationale la réhabilite tardivement; l'exposition a déjà fait ses preuves au Grand Palais à Paris et au Metropolitan à New York. Un travail scientifique remarquable doublé d'un sujet porteur; le directeur du musée Marc Mayer reste convaincu que cette exposition estivale saura trouver pareil succès à Ottawa où «le public est friand d'histoire» (10 juin - 11 septembre).

Pablo Picasso (1881-1973), Minotaure caressant une dormeuse, 18... (Courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Pablo Picasso (1881-1973), Minotaure caressant une dormeuse, 18 juin 1933, Pointe sèche sur papier vergé Montval, Photo © MBAC  

Courtoisie

Connu de tous, figure incontournable de l'art et blockbuster quasi-assuré, Picasso s'expose du 29 avril au 5 septembre dans Picasso: L'homme et la bête. Les estampes de la suite Vollard, une centaine d'oeuvres de la collection du MBAC encore jamais exposées dans leur intégralité. 

«Elles présentent le Picasso déchaîné, dont on entend souvent parler mais que l'on voit moins,» partage M. Mayer. 

Rétrospectives

Le MBAC, faut-il le rappeler, poursuit un mandat de représentativité canadienne. En ce sens, il consacrera une exposition à l'artiste contemporain et albertain Chris Cran avec Chris Cran, sincèrement vôtre, la plus grande rétrospective sur son travail jamais organisée: plus d'une centaine de peintures et de dessins réalisés au cours des quatre dernières décennies (20 mai-5 septembre).

Également à l'affiche, l'artiste autochtone Alex Janvier fera l'objet d'une rétrospective jusqu'en 2017. Les oeuvres sélectionnées couvrent un demi-siècle et sont tirées de collections publiques et privées pancanadiennes. Le travail de cet artiste né dans la réserve Le Goff de la Cold Lake First Nation, dans le nord de l'Alberta, reste façonné tant par son héritage culturel et spirituel que par l'histoire de la peinture abstraite moderniste (25 novembre - 26 mars 2017).    

Pour la première fois en 2016, le musée accueillera le Prix Sobey pour les arts qui récompense des artistes canadiens de 40 ans et moins. L'exposition reprendra les oeuvres des cinq artistes finalistes représentant les cinq régions du Canada (6 octobre - 5 février 2017). 

Enfin, le musée continuera de promouvoir toutes les formes d'art visuel dans son programme d'expositions, notamment avec Échelle humaine à l'affiche le 11 mars; une installation collective qui explore la relation changeante entre le corps et la sculpture (jusqu'au 10 avril). 

Également très attendu, l'Institut canadien de la photographie présentera ses deux premières expositions en 2016: Légende: les archives de la photographie du Globe and Mail (cet automne, dates à préciser) ainsi que 150 photographies de l'artiste tchèque Josef Sudek (28 octobre - 19 mars 2017).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer