La Petite-Nation se redonne une scène

Le propriétaire Yan Montagne était accompagné des artistes... (Benoit Sabourin, LeDroit)

Agrandir

Le propriétaire Yan Montagne était accompagné des artistes Brian Tyler, Ricky Paquette, Frédérick Ouellet, Martin Bédard et Breen Leboeuf, jeudi, lors l'ouverture officielle et du dévoilement de la programmation du pub Le St-André.

Benoit Sabourin, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le pôle culturel de la MRC Papineau retrouve ses lettres de noblesse.

Plus d'un an après la fermeture de l'auberge Petite-Nation pour cause de faillite, la population de Saint-André-Avellin et des environs peut enfin renouer avec une salle de spectacle digne de ce nom grâce au pub Le St-André, qui ouvrira ses portes à des artistes de renom à compter de ce week-end.

C'est l'éclectique duo acadien Radio Radio qui aura l'honneur de briser la glace du pub Le St-André, samedi soir. Les rappeurs seront de passage dans le village à l'aube de la parution de leur cinquième album, Light the Sky, qui sera lancé le 19 février.

Tour à tour, une vingtaine d'artistes bien connus de la scène québécoise fouleront les planches de l'endroit d'ici le 2 juin, a-t-on annoncé jeudi soir, lors du lancement officiel de la programmation hiver-printemps 2016.

Parmi les gros noms attendus entre les murs du «successeur de l'ancien P'tit Café de l'auberge», on retrouve notamment les Soeurs Boulay (12 mars), Paul Piché (18 mars), Brian and the Bluestorm (19 mars), Breen Leboeuf (2 avril), Mara Tremblay (30 avril), Bernard Adamus (6 mai), Daniel Boucher (21 mai) et Galaxie (28 mai).

Des soirées d'humour seront aussi au menu. En plus de la série «Drôles de jeudi», qui aura lieu une fois par mois, Simon Leblanc sera de passage dans la Petite-Nation le 16 avril.

Yan Montagne, propriétaire du pub Le St-André et locataire de l'édifice, soutient que l'endroit s'inscrit en quelque sorte dans la continuité de l'auberge Petite-Nation.

Lieux revampés

«C'est au niveau du décor que c'est différent. C'est vraiment le look qui a changé. Il y a eu beaucoup d'investissements», précise-t-il.

En effet, les lieux ont subi une importante cure de rajeunissement ces derniers mois. Des travaux de rénovation de l'ordre d'environ 200 000$ ont été réalisés dans le bâtiment presque centenaire de la rue Principale, autant dans l'auberge qu'au niveau du bar.

Le pub, qui peut accueillir 125 spectateurs, a été agrandi. Pour le décor, Yan Montagne a fait appel à l'artiste Frédérick Ouellet qui signe le design intérieur. Ce dernier a misé sur l'histoire de Saint-André-Avellin pour rendre son oeuvre à terme. «J'ai voulu garder le côté Petite-Nation fort. Je voulais que tout vienne d'ici», a souligné l'artiste.

La marquise de l'ancien Théâtre des Quatre Soeurs, démoli l'été dernier, est mise bien en évidence à l'extérieur. Des antiquités recueillies dans des vente-débarras et chez des antiquaires ornent les planches de bois recouvrant les murs.

Question d'assurer une certaine solidité financière à l'endroit, les spectacles et événements seront commandités par des partenaires.

M. Montagne espère relancer la scène culturelle de la Petite-Nation avec ce nouveau lieu de rassemblement. «Il faut pousser la culture en région pour ramener les gens. J'ai beaucoup d'amis qui ont quitté pour les villes comme Montréal ou Gatineau parce qu'ils disaient qu'il n'y avait rien dans le coin. Il faut créer des événements pour attirer les gens et les garder ici.»

La mairesse de Saint-André-Avellin, Thérèse Whissell, a applaudi l'ouverture du St-André. Elle a rappelé que sa municipalité avait été désignée pôle culturel de la MRC Papineau l'été dernier.

«Depuis la disparition du Théâtre des Quatre Soeurs et la fermeture du P'tit Café, nous étions pauvres en culture. Nous avions nos gros événements, le Festival western et le Festival Twist, mais au point de vue spectacle, il nous manquait quelque chose», a-t-elle affirmé.

Rappelons que c'est l'homme d'affaires Patrick Esmond qui a acheté l'édifice l'année dernière après que la Coopérative qui opérait l'auberge ait déclaré faillite, éprouvée par une dette qui avoisinait les 600 000$.

La programmation complète du St-André est disponible au www.lestandre.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer