Public nombreux à la chapelle ardente pour Angélil

Toute vêtue de noir, portant une voilette scintillante... (OSAIMAGES, Olivier Samson Arcand)

Agrandir

Toute vêtue de noir, portant une voilette scintillante sur ses cheveux tirés et noués en chignon, Céline Dion (à droite, au centre) a pris le temps d'échanger quelques phrases avec chacune des personnes qui se présentaient devant elle, à l'intérieur de la basilique Notre-Dame de Montréal.

OSAIMAGES, Olivier Samson Arcand

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

La chanteuse et superstar Céline Dion a accepté jeudi - pendant sept heures et dépassant même l'horaire prévu - les condoléances de personnalités du monde des arts et du hockey, ainsi que celles de citoyens qui ont bravé le froid pendant des heures pour rendre un dernier hommage à son défunt mari, René Angélil.

Toute vêtue de noir, portant une voilette scintillante sur ses cheveux tirés et noués en chignon, Céline Dion a pris le temps d'échanger quelques phrases avec chacune des personnes qui se présentaient devant elle à l'intérieur de la basilique Notre-Dame de Montréal.

Près d'elle se trouvaient deux fils de René Angélil, Patrick et Jean-Pierre, issus des unions précédentes de l'imprésario bien connu, qui reposait en chapelle ardente dans la basilique. Le fils aîné du couple, René-Charles et la fille de René Angélil, Anne-Marie, accompagnée de son mari le chanteur Marc Dupré, les ont rejoints plus tard.

En matinée, et jusque vers 14h30, la veuve avait accueilli des membres de la famille et des proches.

Puis, le public a commencé à défiler devant elle, des gens de tous âges, dans le plus grand silence, à l'intérieur de la basilique qui baignait dans une lumière bleutée. Des morceaux de musique classique les accompagnaient.

La chanteuse a essuyé ses yeux à maintes reprises après avoir parlé à des gens, certains la prenaient dans leurs bras ou l'embrassaient. Puis une directive a été donnée de ne plus l'embrasser. Un homme s'est agenouillé devant elle et une dame a eu un malaise et a dû être soutenue. Certains lui offraient des fleurs et des cartes.

Autour du cercueil de bois sombre, de grands vases accueillaient des lys calla blancs et rouge vin. René Angélil reposait, les mains jointes sur un chic habit noir et une chemise blanche.

La star ne devait rester qu'une heure, soit 30 minutes en début d'après-midi et une autre demi-heure en soirée, mais elle est finalement demeurée sur place jusqu'à 21h40. Elle a ainsi choisi de continuer à parler à ses admirateurs, à prendre leurs mains avec les siennes gantées de noir, malgré ses traits tirés. Elle est restée debout pendant plusieurs heures, avant de s'asseoir pour saluer les gens, l'air épuisée.

Quand la file fut terminée, elle s'est recueillie devant le cercueil de son mari et a quitté la nef de la basilique, l'air bouleversée, s'appuyant sur le bras de son fils.

Sur une carte remise à tous, une photo de René Angélil, et à l'endos, cette phrase de Céline Dion:

«J'ai compris que ma carrière était d'une certaine manière son chef d'oeuvre, sa chanson, sa symphonie à lui. L'idée qu'elle puisse rester inachevée l'aurait peiné terriblement. J'ai compris que, si jamais il disparaissait, je devrais continuer, sans lui, pour lui.»

Plusieurs centaines de personnes ont fait la file à l'extérieur de la basilique Notre-Dame pendant des heures. Certains n'ont pu entrer.

De nombreuses personnes ont répété s'être déplacées, malgré une température de -16 degrés Celsius avec le refroidissement éolien, «par respect» pour le célèbre imprésario et pour sa famille.

René Angélil est décédé le 14 janvier dernier, à l'âge de 73 ans, à sa résidence de Las Vegas. Il souffrait d'un cancer de la gorge depuis un certain temps.

À leur sortie de la basilique, des admirateurs du couple essuyaient quelques larmes.

Bien qu'ils ne les aient pas connus personnellement, certains, dont Isabelle St-Louis, de Saint-Rémi, en avaient encore des frissons en sortant de l'église.

«À l'intérieur, c'était très sobre, très silencieux, très humain. Céline prend le temps de parler à tout le monde, de serrer la main, de donner la bise, de faire une accolade», a-t-elle dit.

La présidente de l'Union des artistes, la comédienne Sophie Prégent, a fait écho à ces commentaires.

«Il laisse un legs incroyable, cette espèce de façon de croire que tout est possible pour les artistes du Québec, et de rayonner ailleurs. Ce n'est plus juste un mythe, c'est une réalité, il l'a prouvé avec Céline», a-t-elle déclaré avec émotion.

L'animatrice et productrice Julie Snyder, s'y est rendue accompagnée de son fils, Thomas.

«Le public est là pour lui, lui qui a toujours été là pour le public, je suis sûre qu'il nous voit et qu'il est très content», a-t-elle dit.

L'ancien joueur et entraîneur du Canadien de Montréal, Guy Carbonneau, l'ex-entraîneur des Nordiques de Québec Michel Bergeron, la mère de Céline Dion et l'animatrice Sonia Benezra y étaient, tout comme le maire de Montréal Denis Coderre, qui dit penser à une façon pour la métropole de rendre hommage à l'homme.

S'ils n'espéraient pas nécessairement apercevoir Céline Dion, les admirateurs avaient envie de lui démontrer du soutien par leur présence.

C'était le cas de Benoît Gendron, de Longueuil, qui est arrivé à 6h du matin pour s'assurer d'entrer parmi les premiers dans la basilique. M. Gendron a vu Céline Dion en concert 192 fois. Il était le premier arrivé et durant deux heures, il a même été seul, a-t-il raconté.

«Peut-être que je n'aurais pas eu la même vie sans René, parce que j'ai voyagé à travers le monde pour aller voir Céline. Je prenais mes vacances en fonction d'où elle jouerait», a-t-il confié.

Selon les souhaits de René Angélil, les funérailles auront également lieu à la basilique à 15h vendredi, l'endroit même où il avait marié Céline Dion, en 1994.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer