Vaste réorganisation au Cirque du Soleil

Un personnage du spectacle Toruk... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Un personnage du spectacle Toruk

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Montréal

Le Cirque du Soleil, racheté l'an dernier par l'Américain TPG, traverse des «transformations majeures» avec le départ de son chef de la programmation, selon une lettre de la direction aux salariés, consultée mercredi par l'AFP.

Fondé au Québec en 1984, ce géant mondial du divertissement a été acquis au printemps dernier pour 1,5 milliard $. Le fonds d'investissement américain en détient 70% et le groupe chinois Fosun, détenteur du Club Med, 20%.

Dans cette lettre adressée lundi et dont l'AFP a pris connaissance, le pdg Daniel Lamarre avertit qu'«une transition aussi importante amène inévitablement des modifications à la direction d'une entreprise», avant d'ajouter: «Je vous annonce donc aujourd'hui des transformations majeures à la structure corporative.»

Depuis plus de 15 ans employé par le Cirque, Charles Décarie quitte son poste de chef de la programmation, responsable des spectacles permanents et des spectacles en tournées, indique M. Lamarre dans sa lettre.

Le directeur financier Éric Marceau, également au Cirque depuis une quinzaine d'années, a lui aussi «décidé de quitter» l'entreprise, ajoute-t-il.

M. Décarie sera remplacé par un avocat, Jonathan Tétreault, davantage spécialisé dans la finance que le divertissement. Le poste de directeur financier sera lui occupé pour le moment par M. Lamarre.

Radio-Canada, qui a révélé ces changements à la tête du Cirque, rapporte qu'il existe un «gros malaise à l'interne chez les cadres et chez les employés» face à l'orientation prônée par la nouvelle direction.

«Tout est axé sur le mercantile»

«Le Cirque a toujours été en équilibre entre les affaires et la création, mais là, tout est axé sur le mercantile», ont indiqué des sources à Radio-Canada.

Ces dernières, non identifiées, notent par exemple qu'auparavant la direction du Cirque pouvait choisir de ne pas se produire dans un pays «parce qu'il ne respectait pas les droits humains ou l'environnement. Ça, c'est fini».

Interrogé, le Cirque du Soleil n'a pas fait de commentaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer