«Liste rouge» de biens libyens en péril

La liste énumère cinq catégories d'objets comme des... (Associated Press)

Agrandir

La liste énumère cinq catégories d'objets comme des sculptures, des éléments architecturaux, des récipients, des accessoires ou des monnaies.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Une «liste rouge d'urgence» des biens et objets culturels libyens en péril, menacés par la destruction, le vol, le pillage ou le commerce illicite a été publiée mardi à Paris par le Conseil international des musées (Icom).

La liste énumère cinq catégories d'objets comme des sculptures, des éléments architecturaux, des récipients, des accessoires ou des monnaies et couvre une période allant du Ve millénaire av. JC au XVIe siècle de notre ère.

On y trouve, entre autres pièces, un buste funéraire en marbre d'une femme voilée, de la période grecque (IVs. av. J.-C.), une stèle funéraire en calcaire à inscription latine, de la période romaine (première moitié du IIIs. ap. JC.) ou encore une  cruche en céramique, de la période islamique (IXe-Xs. ap. J.-C.).

La liste sera consultable dans les prochains jours sur le site de l'Icom (www.icom.museum).

Les listes rouges de l'Icom ont été conçues pour aider les professionnels de l'art et du patrimoine, ainsi que les forces de l'ordre, à identifier les objets d'art en danger et protégés par les législations en vigueur.

«Une liste rouge n'est pas une liste d'objets volés. Les biens culturels présentés sont des objets inventoriés au sein de collections d'institutions reconnues. Ils servent à illustrer les catégories de biens culturels protégés par la législation et les plus exposés au trafic illicite», précise l'Icom.

L'institution exhorte les musées, maisons de vente, marchands d'art et collectionneurs «à ne pas faire l'acquisition d'objets semblables sans avoir vérifié au préalable, et de façon minutieuse, leur provenance ainsi que la documentation légale correspondante».

L'Icom invite également tous ceux qui soupçonneraient qu'un bien culturel provenant de Libye a été volé, pillé ou exporté illicitement, «à contacter immédiatement les autorités locales».

Créé en 1946, l'Icom, dont le siège est à Paris, regroupe environ 35 500 membres dans 137 pays, et travaille avec l'Unesco, l'Organisation mondiale des douanes ou encore Interpol.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer