Le droit d'auteur pour les nuls

Le cofondateur de l'entreprise My Rights Keeper, Philippe... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Le cofondateur de l'entreprise My Rights Keeper, Philippe Bonin, accompagné d'Annie Coutu, productrice et réalisatrice chez Aisha Productions.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans la jungle législative du droit d'auteur, comment s'y retrouver lorsque l'on est béotien? «Il existe un frein naturel, chez l'artiste souvent désorganisé, à ne pas vouloir s'occuper de ce dossier», remarque Philippe Bonin, cofondateur de l'entreprise My Rights Keeper, une plateforme Internet destinée à la protection de la propriété intellectuelle et des droits d'auteur. En compagnie de l'artiste et avocate Isabelle Regout, il a lancé mardi soir une campagne gratuite de sensibilisation aux droits d'auteur, à destination des artistes en voie de professionnalisation ou déjà professionnels.

Des rencontres et formations sur ce thème devraient se poursuivre tout au long de l'année 2016, en collaboration avec plusieurs organismes culturels de la région dont Culture Outaouais et l'Association des auteurs et auteures de l'Outaouais (AAAO).

Si la programmation reste encore à définir, elle a débuté mardi au Troquet par un «5 à 7» consacré à la protection du processus créatif, «étape la plus négligée par les artistes mais aussi la plus cruciale, qui précède la publication officielle de l'oeuvre.»

Il s'agit d'un des piliers de la création, qui permet à un auteur de vivre de son labeur (c'est le droit économique) et de s'assurer du respect de ses oeuvres (le droit moral).

Cette campagne «pour débutants» vise aussi à déboulonner certains mythes, comme celui de s'envoyer une lettre en pensant ainsi protéger son oeuvre. «Ce genre de tactique ne tient plus la route», prévient M. Bonin.

Le développement du numérique nous oblige à repenser totalement la notion d'auteur et les droits qui lui sont traditionnellement reconnus.

La notion de propriété intellectuelle, elle aussi, a été bouleversée par Internet, un espace de liberté inégalé où toute une génération d'internautes a pris des habitudes de gratuité, d'échanges et d'accès sans limites à toutes les données.

«Internet a été conçu pour copier de l'information, analyse M. Bonin. Cet espace amène de nouvelles opportunités mais impose aussi de nouveaux défis pour se protéger, dans la mesure où il devient facile de se faire voler son oeuvre.»

M. Bonin ne cache pas que cette initiative lui offre l'occasion de promouvoir les services de son entreprise - «moins coûteux que ceux d'un avocat et tout aussi valides juridiquement», assure-t-il.

Cette campagne de sensibilisation devrait faire prendre conscience des enjeux économiques qui sous tendent cette question et atteindre un public non spécialisé et potentiellement vulnérable.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer