Faut-il couper les lauriers ?

Aux dires de Yves Guillot, président de la... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Aux dires de Yves Guillot, président de la FALCO, il faudra repenser ce type de récompense.

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Trop de prix tuent les prix. Depuis quelques années, le nombre de candidatures soumis aux prix du Gala d'excellence Les Culturiades ne cesse de diminuer, reconnaît Yves Guillot.

Le président de la Fondation pour les arts, les lettres et la culture en Outaouais (FALCO) compte s'accorder un moment de réflexion après la 15e édition du Gala qui aura lieu le 20 novembre à la Maison du citoyen.

Cet événement annuel récompense les artistes, organismes, bénévoles et travailleurs culturels de l'Outaouais en leur décernant bourses et trophées.

«Le Gala concourt ainsi à la visibilité de nos artistes tout en servant de levier à leur carrière», a présenté M. Guillot lors du dévoilement du contenu de l'événement, hier, à la Maison des auteurs sise dans le parc Jacques-Cartier.

Un jury composé de pairs évalue en cours d'année l'engagement du candidat dans sa communauté, ainsi que la qualité, l'originalité et l'attractivité des projets artistiques soumis.

Depuis leur création en 2000, Les Culturiades ont remis un total de bourses s'élevant à 300000$. Cette année, l'enveloppe des récompenses atteint 24000$, répartis en 11 prix.

Deux d'entre eux ont pourtant dû être retirés depuis l'appel de dossiers en août dernier.

«À la suite de la diminution des candidatures, il faut repenser ce type de reconnaissance», regrette le président de la FALCO. Cela pourrait signifier que le Gala se transforme en biennale ou qu'il s'arrime aux remises de prix de l'Association des auteurs et auteures de l'Outaouais [AAAO].

L'an prochain, la FALCO célébra son 20e anniversaire, «une aubaine pour revamper la formule du gala», analyse M. Guillot.

En attendant une nouvelle mouture, la cérémonie aura lieu le 20 novembre à la salle Jean-Despéz ainsi que dans l'atrium attenant.

Onze prix y seront remis, recoupant quatre disciplines: arts de la scène, cinéma, littérature, arts visuels, et métiers d'art.

Parallèlement aux traditionnels Prix de la Relève, Prix en arts de la scène - L'Avant-Première, Prix d'excellence - Artiste, Prix d'excellence - Organisme, Prix du Jury - Télé - Québec, et Prix - Hommage - Ville de Gatineau, la FALCO proposera trois nouveaux prix: le Prix innovation - «une acception assez large pour désigner la reconnaissance d'une démarche singulière» nuance M. Guillot, mais aussi le Prix Culture et Éducation, ainsi que le Prix Événement de l'année. On connaîtra également les lauréats du Prix du CALQ - OEuvre de l'année en Outaouais et du Prix Contribution et dévouement culturel - Ville de Gatineau.

Animée par Michel Normandeau, musicien et chroniqueur mensuel aux Divines Tentations à la radio d'Ici-Radio-Canada, la soirée se présente comme «un événement incontournable» du milieu culturel en Outaouais.

Selon sa mission de promouvoir et faire rayonner la culture locale, elle mettra également à l'honneur des personnalités artistiques de la région: Lukasz Bober s'attellera à la réalisation d'une mosaïque murale dans l'atrium de la Maison du citoyen tandis que le groupe The Goovy Little Orchestra s'occupera de la bande musicale live du Gala.

POUR Y ALLER :

Quand ? Le 20 novembre, 18 h

Où ? Maison du citoyen

Renseignements ? Réservations en ligne sur Eventbrite ou 819-595-2601, poste 223

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer