Fini le CRCO, voici Culture Outaouais

Julie Martineau, directrice générale, et Ozgen Eryasa, président.... (Étienne Ranger LeDroit)

Agrandir

Julie Martineau, directrice générale, et Ozgen Eryasa, président.

Étienne Ranger LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Conseil régional de la culture de l'Outaouais (CRCO) est mort, vive Culture Outaouais. Ce changement de nom a été annoncé hier, en même temps que le dépôt d'une planification stratégique quinquennale.

«C'est une manière d'exprimer nos préoccupations: la culture représentait la troisième lettre de notre acronyme. Elle reprend aujourd'hui toute sa place», a souligné le président de Culture Outaouais, Özgen Eryasa.

M. Eryasa et la directrice de l'organisme, Julie Martineau, ont présenté les grands objectifs que Culture Outaouais entend atteindre au cours des cinq prochaines années. Après avoir rassemblé les divers intervenants du milieu de la région outaouaise au sein d'un regroupement structuré, les dirigeants aspirent maintenant à mieux faire connaître et élargir l'offre de leur Centre de services (qui propose déjà, par exemple, la tenue de livres aux créateurs et organismes), à poursuivre la professionnalisation du milieu par de la formation continue et à mieux outiller la relève afin de l'enraciner dans la région.

Culture Outaouais oeuvrera aussi à développer le rôle de la Ville de Gatineau en tant que pôle culturel essentiel.

«Gatineau a un devoir de leadership et de grand frère envers les municipalités régionales de comtés [MRC] qui n'ont pas ses moyens», a soutenu Özgen Eryasa, lui-même sculpteur sur pierre établi dans la Petite-Nation.

Afin de «continuer à sensibiliser les élus», Julie Martineau a récemment effectué une tournée aux quatre coins de la région en compagnie de la conseillère et présidente de la Commission des arts, de la culture, des lettres et du patrimoine de Gatineau, Mireille Apollon.

«On a beau défendre des projets tels l'Espace Dallaire ou se mobiliser pour garder notre conservatoire à Gatineau, la volonté politique ne nous appartient pas», a rappelé Mme Martineau.

«La tournée était aussi une manière de voir quels sont les maillages possibles entre les MRC et la Ville, puisque des échanges sont possibles dans les deux sens», a-t-elle enchaîné.

Le président de Culture Outaouais veut en plus travailler à tisser des liens plus concrets entre les créateurs et le public.

«On doit s'atteler à rendre notre organisme plus connu des consommateurs de culture», a fait valoir Özgen Eryasa.

La prochaine refonte du site Web de Culture Outaouais devrait notamment permettre de coller à cette volonté de rayonner plus auprès du public.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer